Gaza : face à la pénurie d'énergie, l'ONU accorde 500.000 dollars pour maintenir le fonctionnement des hôpitaux

27 avril 2017

Préoccupé par la détérioration de la situation énergétique dans la bande de Gaza, le Coordonnateur des Nations Unies pour l'aide humanitaire et les activités de développement, Robert Piper, a appelé jeudi à une action rapide des autorités israéliennes et palestiniennes et de la communauté internationale pour protéger la fourniture de services de base essentiels aux 1,9 million de résidents de l'enclave palestinienne.

« Avec des pannes de courant de 20 heures par jour et des approvisionnements en carburant d'urgence qui s'épuisent, les services de base sont pratiquement interrompus », a averti M. Piper dans un communiqué de presse.

Selon le ministère de la Santé de Gaza, les carburants pour alimenter les générateurs de secours dans sept hôpitaux sur 13 à Gaza devraient être épuisés dans les trois jours qui viennent.

Pour éviter une nouvelle détérioration, le Fonds humanitaire pour le Territoire palestinien occupé, que dirige le Coordonnateur humanitaire, a approuvé jeudi une dotation de 500.000 dollars pour l'achat de carburant d'urgence. Ce montant doit permettre de maintenir la prestation de services essentiels dans les hôpitaux et autres établissements médicaux d'urgence.

Une pénurie d'énergie aux conséquences néfastes multiples

Le 16 avril 2017, la centrale électrique de Gaza a complètement arrêté de fonctionner, après avoir épuisé ses réserves de carburant. Cette fermeture a entraîné une augmentation des pannes de courant à Gaza ainsi qu'une dépendance supplémentaire forcée aux générateurs de secours pour alimenter les services de base.

A Gaza, les résidents des immeubles de grande hauteur ne reçoivent déjà plus d'approvisionnement régulier en eau, en raison du manque de puissance pour les pompes pour atteindre des niveaux plus élevés.

Par ailleurs, environ 110 millions de litres d'eaux usées brutes ou mal traitées s'écoulent tous les jours dans la mer Méditerranée en raison du manque d'énergie pour les traiter.

Le dysfonctionnement des lignes électriques en provenance d'Égypte a exacerbé les pannes. Le déficit d'électricité de longue date de Gaza a également été affecté par les restrictions à l'importation de biens imposées par Israël dans le cadre d'un blocage terrestre, aérien et maritime qui entre dans sa dixième année.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.