Centrafrique : la MINUSCA dénonce l'agression ayant visé une de ses fonctionnaires à Bambari

11 avril 2017

La Mission intégrée multidimensionnelle de stabilisation des Nations Unies en République centrafricaine (MINUSCA) a dénoncé mardi l'agression dont a été victime l'une de ses fonctionnaires dans l'exercice de ses fonctions, mardi matin à Bambari, dans le centre du pays.

« La fonctionnaire de la MINUSCA a été blessée à la tête alors que l'équipe dont elle faisait partie s'était rendue dans le village de Bornou pour y mener une enquête sur la mort d'un individu », a précisé la Mission dans un communiqué de presse.

Le convoi de la MINUSCA a été pris pour cible par des manifestants dont les jets de pierres ont brisé des vitres des véhicules et occasionnant la blessure de la fonctionnaire, qui est actuellement sous traitement.

La MINUSCA a souligné que des enquêtes sont en cours pour identifier le ou les auteurs de cet acte inacceptable. Elle a rappelé que « toute attaque contre le personnel des Nations Unies et des organisations humanitaires constitue un crime passible de poursuites par les juridictions centrafricaine et internationale ».

AUDIO: Explications de Vladimir Monteiro, porte-parole de la MINUSCA Crédit: OCHA/Gemma Cortes

La mission onusienne a appelé par ailleurs « les communautés de Bambari au calme, à se prémunir de toute tentative de manipulation et à se joindre aux efforts entrepris pour renforcer le vivre-ensemble et la cohésion sociale au moment où la ville se libère peu à peu de la présence des groupes armés ».

Elle a réitéré sa détermination à poursuivre sa mission en toute impartialité et à appuyer les efforts nationaux en vue du relèvement de la République centrafricaine.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Centrafrique : la MINUSCA dénonce la poursuite de la violence par une minorité

La Mission des Nations Unies en République centrafricaine (MINUSCA) a dénoncé cette semaine la poursuite de la violence par une minorité de gens dans le pays alors que, depuis la mise en place des institutions élues en mars 2016, la plupart des Centrafricains a fait le choix de la paix et du dialogue en vue d'une solution aux problèmes du pays.