Somalie : la malnutrition et les maladies augmentent chez les enfants alors que la famine menace

30 mars 2017

Alors que la Somalie est menacée par la famine, des chiffres montrent un nombre croissant d'enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère et de choléra ou de diarrhée aqueuse aiguë, une combinaison qui a tué de nombreux enfants en 2011, a indiqué jeudi le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF).

Plus de 35.400 enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère ont été traités avec des aliments thérapeutiques dans des centaines de centres de nutrition en Somalie en janvier et février, soit une augmentation de 58% par rapport à la même période de l'année dernière.

Au 28 mars, plus de 18.400 cas de choléra/diarrhée aqueuse aiguë ont été signalés depuis le début de l'année, dépassant largement les 15.600 cas signalés pour toute l'année 2016. La majorité des cas ont été signalés chez de jeunes enfants.

« Ces chiffres suscitent l'inquiétude », a déclaré la Directrice régionale de l'UNICEF pour l'Afrique orientale et australe, Leila Pakkala, après avoir parlé avec des familles déplacées et des patients dans un centre de traitement contre le choléra à Baidoa, en Somalie. « Les enfants meurent de malnutrition, de faim, de soif et de maladie. Au cours de la famine de 2011, environ 130.000 jeunes enfants sont morts, dont environ la moitié avant que la famine ne soit déclarée. Nous travaillons avec des partenaires 24 heures sur 24 pour nous assurer que cela ne se reproduise pas ».

Il n'y a pas de chiffres précis actuellement disponibles sur le nombre d'enfants décédés en raison de la faim ou de la malnutrition, en partie parce que beaucoup succombent suite à une maladie et à une infection. Mais les enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère sont neuf fois plus susceptibles de mourir qu'un enfant bien nourri. Pendant la famine de 2011, les plus grands tueurs étaient la diarrhée et la rougeole.

Le pays est de nouveau menacé de catastrophe. Cette fois, la sécheresse est plus répandue, touchant le Somaliland, le Puntland et les régions pastorales de la Somalie, en plus du centre et du sud du pays, les plus touchés en 2011. Le nombre de personnes immédiatement menacées est plus élevé et les enfants sont parmi les plus touchés.

En février, l'UNICEF a estimé que 944.000 enfants seraient gravement malnutris en 2017, dont 185.000 enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère. Ce nombre pourrait exploser même si les pluies arrivent comme prévues à partir d'avril.

L'UNICEF en Somalie a besoin de 147 millions dollars, avec un déficit de financement de 54% à la mi-mars.

« En 2011, l'argent est arrivé après la déclaration officielle de famine en juillet », a déclaré Mme Pakkala. « Cette année, de nombreux donateurs se sont présentés tôt. Mais le pire peut encore arriver. Nous avons une petite fenêtre pour empêcher de nombreux décès ».

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Somalie : l'OMS appuie le lancement d'une campagne de vaccination orale contre le choléra

Le gouvernement somalien a lancé mercredi, avec le soutien de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), une campagne de vaccination anticholérique orale ciblant plus de 450.000 personnes à travers sept régions à haut risque du pays.