Désarmement nucléaire : l'ONU rappelle aux Etats leur obligation et responsabilité communes

27 mars 2017

Le Haut-Représentant des Nations Unies pour les affaires de désarmement, Kim Won-soo, a appelé lundi la communauté internationale à progresser dans le domaine du désarmement nucléaire considérant que cela est « une nécessité qui a rarement été aussi urgente qu'aujourd'hui ».

S'exprimant lors de la Conférence des Nations Unies pour la négociation d'un instrument juridiquement contraignant visant à interdire les armes nucléaires en vue de leur élimination complète, M. Kim souligné que cette dernière se tient dans un contexte de tension internationale croissante, de concurrence renouvelée en matière d'armement et d'absence de résultats dans les organes de désarmement.

« Des tendances inquiétantes menacent de défaire les gains que nous avons faits depuis la fin de la guerre froide », a déclaré le chef du bureau des affaires de désarmement de l'ONU (UNODA). « Cela rend la nécessité d'une percée encore plus urgente ».

Pour le Haut-Représentant, deux facteurs entravent de plus en plus la capacité de la communauté internationale à réagir efficacement. Le premier facteur est le rejet et le défaitisme qui imprègnent les délibérations internationales sur le désarmement. La longue paralysie dans les organes de désarmement des Nations Unies a incité nombre de personnes à se replier dans des positions profondément enracinées et inflexibles.

« C'est malheureusement devenu la nouvelle normalité », a déploré M. Kim. « Pourtant, l'histoire a prouvé que les progrès en matière de désarmement ne peuvent se faire que lorsque nous pouvons poursuivre un dialogue inclusif, respecter nos différences et nous écouter les uns les autres dans un esprit de compromis et de flexibilité ».

La course aux armements exacerbe les tensions

Le deuxième facteur est la diminution de la prise de conscience et de l'intérêt pour les questions de désarmement par le public mondial. « Il est difficile d'imaginer aujourd'hui un rassemblement d'un million de personnes dans la rue en faveur du désarmement nucléaire, comme nous l'avons vu dans les années 1980 », a constaté le chef du désarmement, appelant les Etats à trouver une nouvelle façon d'inspirer et de motiver le public pour qu'il appuie le désarmement, « de la même manière qu'ils ont été dynamisés pour répondre au défi du changement climatique, menace existentielle pour l'humanité ».

Pour M. Kim, l'existence continue d'armes nucléaires pose encore une autre menace existentielle à l'humanité. « L'apparition et la diffusion rapide de nouveaux types avancés d'armes et de concepts connexes créent de plus en plus un double flou de la ligne entre les armes stratégiques et non stratégiques et entre les armes nucléaires et les armes conventionnelles », a-t-il souligné, s'inquiétant également que les pays qui possèdent des armes nucléaires dépensent des milliards de dollars pour moderniser leurs arsenaux.

Pour le Haut-Représentant, la poursuite sans fin d'armes stratégiques nucléaires et non nucléaires ne créera pas de sécurité mais risque plutôt de provoquer de nouvelles et déstabilisatrices courses aux armes et d'exacerber les tensions régionales et mondiales. Ces technologies peuvent modifier les calculs de dissuasion et abaisser le seuil d'utilisation des armes nucléaires, avec des conséquences dévastatrices.

« Si nous voulons parvenir à l'élimination totale des armes nucléaires, nous devrons finalement renverser ces tendances. La possession d'armes nucléaires, qui sont liées à la menace de leur utilisation, est fondamentalement incompatible avec les aspirations communes de l'humanité à la paix et à la sécurité », a-t-il dit.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.