Journée pour l'élimination de la discrimination raciale : le chef de l'ONU appelle à lutter contre l'intolérance

21 mars 2017

A l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale qui est célébrée chaque année le 21 mars, le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a dénoncé la montée de l'intolérance et des discriminations à travers le monde et a appelé à agir ensemble pour protéger les droits humains.

« Il semble que nous vivons dans un monde de plus en plus intolérant et de plus en plus divisé. La discrimination et la violence augmentent. Les gens sont visés en raison de leur race, nationalité, origine ethnique, religion ou orientation sexuelle. Les frontières sont fermées et le régime international de protection des réfugiés est fragilisé », a souligné M. Guterres dans un discours lors de la commémoration de cette Journée par l'Assemblée générale des Nations Unies.

« En cette période de bouleversement et de changement, il est facile de désigner les communautés vulnérables comme la cause des problèmes. Les migrants sont devenus des boucs émissaires commodes et la xénophobie se généralise. Trop souvent, la haine, les stéréotypes et la stigmatisation se normalisent », a-t-il ajouté.

Le chef de l'ONU a noté toutefois des signes d'espoir, alors que « des millions de personnes s'expriment contre le racisme et l'intolérance ». « De nombreuses communautés ont ouvert leurs cœurs et leurs portes aux réfugiés et aux migrants », a-t-il souligné.

« Aujourd'hui est une journée pour s'engager à poursuivre ces progrès et à faire encore plus : lutter davantage contre les divisions et l'intolérance et protéger les droits humains de tous. Ce jour est aussi un rappel de nos obligations communes. Le droit international exige des États qu'ils prennent des mesures efficaces pour prévenir et éliminer la discrimination », a ajouté M. Guterres.

Selon lui, les dirigeants politiques doivent dénoncer les discours de haine. « Et chacun de nous doit défendre les droits de l'homme », a-t-il dit.

Le chef de l'ONU a salué les organisations de la société civile du monde entier « pour nous rappeler que nous devons faire mieux et faire plus ». « Nous avons tous un rôle à jouer et la Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale souligne notre responsabilité collective », a-t-il dit, encourageant à participer à la campagne mondiale ENSEMBLE qui favorise le respect, la sécurité et la dignité pour les réfugiés et les migrants.

Lundi, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, a également exhorté les Etats à redoubler d'efforts pour lutter contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie, et les discours et crimes motivés par la haine.

Il a rappelé qu'outre la campagne ENSEMBLE, l'ONU a lancé d'autres initiatives de lutte contre le racisme et la xénophobie, notamment Je dis NON au racisme et la Décennie internationale des personnes d'ascendance africaine.

Mardi, l'Assemblée générale des Nations Unies a également rendu hommage à l'Ambassadeur de Russie auprès de l'ONU, Vitaly Churkin, décédé subitement le mois dernier à la veille de son 65ème anniversaire.

« Tout au long de son mandat de dix ans comme Représentant permanent de la Russie auprès des Nations Unies, l'Ambassadeur Churkin a été une présence incomparable et visible », a dit M. Guterres, notant sa défense passionnée des intérêts russes tout en plaidant pour une ONU forte.

Le chef de l'ONU a une nouvelle fois présenté ses condoléances à l'épouse de M. Churkin, à son fils Maxim et au reste de sa famille, à ses amis et collègues, et au gouvernement et au peuple de la Russie.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le chef des droits de l'homme de l'ONU exhorte les Etats à lutter contre les crimes motivés par la haine

A la veille de la Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, a exhorté les Etats à redoubler d'efforts pour lutter contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie, et les discours et crimes motivés par la haine.