En visite en Somalie, le chef de l'ONU António Guterres réclame un soutien mondial pour éviter la famine

7 mars 2017

En visite mardi en Somalie, le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a réclamé un soutien international pour éviter la famine dans ce pays africain frappé par la sécheresse et pour freiner la propagation du choléra.

« Il est possible d'éviter le pire. Il est possible en Somalie d'éviter une situation comme celle que nous avons observée en 2011 », a dit M. Guterres devant des journalistes à Mogadiscio, la capitale somalienne, faisant référence à la famine qui a tué beaucoup de Somaliens cette année-là.

Près de la moitié de la population somalienne, soit 6,2 millions de personnes, a actuellement besoin d'aide, dont 330.000 enfants souffrant de malnutrition aiguë. Le chef de l'ONU a souligné que 825 millions de dollars étaient nécessaires pour venir en aide à 5,5 millions de personnes pendant six mois.

« Sans ce soutien, nous aurons une tragédie absolument inacceptable », a ajouté M. Guterres lors de ce point de presse avec le Président somalien, Mohamed Abdullahi Mohamed Farmajo. « Il y a une excellente coopération entre le Président, le gouvernement et la communauté humanitaire - la famille des Nations Unies, les ONG et la Croix-Rouge et le Croissant-Rouge. Il y a un plan d'intervention. Il y a les moyens sur le terrain. Mais nous avons besoin d'un soutien massif de la part de la communauté internationale ».

Le chef de l'ONU a précisé que 3,3 millions de personnes ont besoin d'un soutien sanitaire, alors que le choléra s'est développé et vient s'ajouter à la menace de famine. Au cours des deux derniers mois, 7.731 cas de choléra ont été enregistrés, dont 183 personnes décédées. Rien que la semaine dernière, il y a 1.352 cas de choléra et 38 personnes décédées. « C'est en train de s'accélérer », a prévenu le Secrétaire général.

Il a également souligné que le pays connaissait « un moment d'espoir » avec un nouveau Président élu et un nouveau Premier ministre désigné.

« Il y a un engagement très fort pour renforcer la sécurité et aussi améliorer la capacité du gouvernement à commencer à fournir des services efficaces à la population », s'est félicité M. Guterres.

Après Mogadiscio, le chef de l'ONU s'est rendu à Baidoa, dans le sud-ouest de la Somalie pour observer l'impact de la sécheresse.

Le chef de l’ONU y a rencontré les autorités locales et a visité deux camps de personnes déplacées par la sécheresse. Il s’est aussi rendu dans un hôpital où il a visité la section s’occupant des malades du choléra.

Le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires humanitaires, Stephen O'Brien, se trouvait lundi en Somalie pour évaluer la sécheresse. Il a également estimé nécessaire d'agir « rapidement, maintenant et ensemble ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

En visite en Somalie, le chef de l'humanitaire évalue l'impact de la sécheresse

Le chef de l'humanitaire de l'ONU, Stephen O'Brien, se trouvait lundi en Somalie pour évaluer l'impact de la sécheresse, qui fait peser des risques de famine dans le pays.