En visite en Somalie, le chef de l'humanitaire évalue l'impact de la sécheresse

6 mars 2017

Le chef de l'humanitaire de l'ONU, Stephen O'Brien, se trouvait lundi en Somalie pour évaluer l'impact de la sécheresse, qui fait peser des risques de famine dans le pays.

Environ 6,2 millions de personnes, soit la moitié de la population de la Somalie, ont besoin d'aide. Près de trois millions de personnes sont incapables de satisfaire leurs besoins quotidiens en nourriture et ont besoin d'une aide urgente. Près de 950.000 enfants de moins de cinq ans souffriront de malnutrition aiguë cette année, dont 185.000 risquent de mourir sans traitement médical immédiat, a précisé le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA).

M. O'Brien a visité un camp de déplacés dans le quartier de Hodan, dans la capitale somalienne, Mogadiscio.

« Nous comprenons leur faim, leur soif et leur besoin de s'occuper de leurs enfants », a déclaré le chef de l'humanitaire. « Vous devez savoir que vous touchez nos cœurs », a-t-il dit aux victimes de la sécheresse.

Il a estimé nécessaire d'agir « rapidement, maintenant et ensemble » afin de financer les programmes destinés aux personnes dans le besoin.

Lors de sa visite, M. O'Brien a également rencontré des partenaires humanitaires, y compris des bailleurs de fonds, pour discuter des moyens d'accroître les opérations pour sauver des vies et éviter une éventuelle famine.

Il a également appelé les autorités et toutes les parties prenantes à intensifier les efforts visant à faciliter l'accès humanitaire aux personnes touchées par la sécheresse, en particulier dans les zones difficiles d'accès.

La situation « s'est aggravée au cours des six derniers mois », a expliqué le porte-parole de la Mission d'assistance des Nations Unies en Somalie (UNSOM), Joseph Contreras. « Trois millions de Somaliens ont besoin d'une aide urgente. Il s'agit d'une augmentation significative par rapport aux 1,1 million de Somaliens qui étaient dans une telle situation en septembre ».

Dans un communiqué de presse, le Coordonnateur humanitaire dans le pays, Peter de Clercq, a déclaré que la situation se détériorait rapidement. Selon lui, il faut « agir rapidement et efficacement pour éviter le pire ».

Les travailleurs humanitaires en Somalie ont besoin de 825 millions de dollars d'ici juin 2017 pour atteindre les plus vulnérables.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'ONU lance un cri d'alarme sur le risque de famine dans trois pays d'Afrique et au Yémen

Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, et plusieurs autres hauts responsables des Nations Unies ont lancé mercredi un cri d'alarme sur le risque de famine qui menace le Soudan du Sud, la Somalie, le Yémen et le nord-est du Nigéria.