Iraq : plus de 1000 victimes civiles au mois de février, selon l'ONU

2 mars 2017

Plus de 1 000 civils ont été tués ou blessés le mois dernier en Iraq, a annoncé jeudi la Mission de l'ONU dans le pays.

Selon les derniers chiffres publiés mercredi par la Mission d'assistance des Nations Unies en Iraq (MANUI), au moins 392 civils ont été tués et 613 autres ont été blessés dans des actes de terrorisme, de violence et de conflits armés.

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour l'Iraq et chef de la MANUI, Ján Kubiš, a condamné dans un communiqué le ciblage délibéré des civils par l'organisation Etat islamique en Iraq et au Levant (EIIL) et a salué les forces de sécurité irakiennes pour leur professionnalisme dans la poursuite des terroristes tout en cherchant à minimiser les pertes civiles.

« Les forces de sécurité irakiennes ont intensifié les opérations militaires pour libérer les autres parties de Mossoul sous contrôle de Daech, les terroristes ont frappé de nouveau, ciblant des civils avec des bombardements lâches pour atténuer la pression sur les lignes de front », a déclaré M. Kubiš se référant à l'organisation terroriste par son acronyme arabe.

« Les tentatives sinistres de Daech ont échoué à affaiblir la volonté du peuple et du gouvernement de l'Irak d'éliminer une fois pour toutes le pays du fléau du terrorisme », a ajouté le Représentant spécial.

Le nombre de civils tués en février (392) est légèrement inférieur à celui de janvier (403). 924 autres civils avaient été blessésdurant le premier mois de l'année.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Iraq : le HCR et le PAM fournissent une aide juridique et alimentaire aux familles déplacées par les combats à Mossoul

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et ses partenaires ont fourni une assistance juridique à plus de 2.500 Iraquiens déplacés par l'offensive militaire à Mossoul, en Iraq, pour remplacer des cartes d'identité et d'autres documents perdus, endommagés ou détruits alors qu'ils fuyaient leurs domiciles en quête de sécurité.