Méditerranée : l'UNICEF appelle les gouvernements et l'UE à protéger les enfants réfugiés et migrants

28 février 2017

Les enfants et les femmes réfugiés et migrants empruntant la route migratoire de la Méditerranée centrale depuis l'Afrique du Nord vers l'Italie sont victimes de nombreux abus et de violences, selon un nouveau rapport du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) publié mardi.

Intitulé « Un voyage mortel pour les enfants: la route migratoire de la Méditerranée centrale », le rapport donne un aperçu en profondeur des risques extrêmes auxquels sont confrontés ces enfants qui entreprennent un périlleux voyage depuis l'Afrique subsaharienne jusqu'en Italie, en passant par la Libye et en traversant la mer Méditerranée.

Les trois quarts des enfants réfugiés et migrants interrogés dans le cadre d'un questionnaire de l'UNICEF ont déclaré avoir subi des violences, du harcèlement ou des agressions infligés par des adultes à un moment donné au cours de leur voyage. Près de la moitié des femmes et des enfants interrogés ont déclaré avoir été victimes de violence sexuelle pendant la migration - souvent à maintes reprises et dans différents endroits.

Au moment de l'enquête, 256.000 migrants étaient recensés en Libye, dont 30.803 femmes et 23.102 enfants, dont un tiers n'étaient pas accompagnés. Les chiffres réels, cependant, sont censés être au moins trois fois plus élevés.

Des personnes cherchant à profiter des enfants et de femmes

L'année dernière, au moins 4.579 personnes sont mortes en tentant de traverser la Méditerranée depuis la Libye, soit 1 personne sur 40 parmi celles qui ont fait la tentative. Selon les estimations, au moins 700 enfants font partie des victimes ayant perdu la vie durant la traversée.

« La mer Méditerranée centrale de l'Afrique du Nord vers l'Europe figure parmi les routes les plus mortelles et les plus dangereuses pour les enfants et les femmes », a déclaré dans un communiqué le directeur régional de l'UNICEF et Coordonnateur spécial pour la crise des réfugiés et des migrants en Europe, Afshan Khan. « La route est principalement contrôlée par des passeurs, des trafiquants et d'autres personnes qui cherchent à profiter d'enfants et de femmes désespérés à la recherche simplement d'un refuge ou d'une vie meilleure. Nous avons besoin de chemins sûrs et légaux et de mesures de protection pour protéger les enfants qui migrent et qui les protègent et les éloignent des prédateurs ».

La plupart des enfants et des femmes ont indiqué avoir payé des passeurs au début de leur voyage, laissant un grand nombre d'entre eux endettés et vulnérables aux abus, aux enlèvements et au trafic de personnes. Les femmes et les enfants ont également signalé des conditions dures et de surpeuplement, y compris un manque d'aliments nutritifs et d'abris adéquats, dans les centres de détention libyens gérés par le gouvernement et les milices armées.

« Les enfants ne devraient pas être contraints de mettre leur vie entre les mains de passeurs simplement parce qu'il n'y a pas d'alternative », a déclaré M. Khan. « Nous devons collectivement nous attaquer aux facteurs de la migration et travailler ensemble pour aboutir à un système robuste de passage sûr et légal pour les enfants déplacés, réfugiés ou migrants ».

Programme d'action de l'UNICEF pour protéger les enfants

L'UNICEF a élaboré un programme d'action en six points en faveur des enfants déracinés :

1. Protéger les enfants réfugiés et migrants, en particulier les enfants non accompagnés, contre l'exploitation et la violence.

2. Mettre fin à la détention d'enfants qui cherchent à obtenir le statut de réfugié ou à migrer en introduisant une gamme d'alternatives pratiques.

3. Ne pas séparer les familles afin de mieux protéger les enfants et leur donner un statut juridique.

4. Maintenir l'éducation de tous les enfants réfugiés et migrants et leur donner accès à la santé et à d'autres services de qualité.

5. S'attaquer rapidement aux causes profondes des mouvements à grande échelle de réfugiés et de migrants.

6. Promouvoir des mesures de lutte contre la xénophobie, la discrimination et la marginalisation dans les pays de transit et de destination.

L'UNICEF a exhorté les gouvernements concernés et l'Union européenne à appuyer et à adopter ce programme d'action.

Malgré les défis opérationnels en Libye, l'UNICEF et ses partenaires continuent de s'efforcer de répondre aux besoins humanitaires et de protection des enfants les plus vulnérables du pays, y compris les enfants réfugiés et migrants par l'intermédiaire des municipalités avec lesquelles l'agence onusienne a signé des mémorandums de coopération.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'UNICEF demande à l'Europe des mesures pour assurer la sécurité des enfants réfugiés et migrants

Alors que l'Union européenne se réunit pour un sommet à Malte, le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) a réclamé vendredi une action urgente pour assurer la sécurité des enfants le long de la route des migrants en Libye et en mer Méditerranée.