Kosovo : face au regain de tensions, l'ONU appelle Pristina et Belgrade à faire preuve de leadership

27 février 2017

Intervenant devant le Conseil de sécurité, le Représentant spécial du Secrétaire général et chef de la Mission d'administration intérimaire des Nations Unies au Kosovo (MINUK), Zahir Tanin, a encouragé lundi Pristina et Belgrade à faire preuve de leadership pour surmonter les crispations récentes.

Selon M. Tanin, plusieurs événements expliquent la « rhétorique belliqueuse et menaçante » et les crispations entre Pristina et Belgrade depuis ces trois derniers mois.

M. Tanin a notamment évoqué la construction d'un mur de soutènement en face d'un pont de la municipalité de Zvecan, localisée dans l'agglomération de Mitrovica. Cette construction a été condamnée avec véhémence par Pristina qui, dans le cadre d'une escalade rhétorique, a exigé la destruction du mur, selon le rapport du Secrétaire général de l'ONU présenté par son Représentant spécial.

M. Tanin a confirmé que cet ouvrage avait été détruit, le 5 février dernier, « sans incident notable », à l'issue de négociations, menées « au plus haut niveau », entre les dirigeants de Belgrade et de Pristina et sous les auspices de l'Union européenne.

Par ailleurs, le 4 janvier dernier, le dirigeant du parti d'opposition Alliance pour l'avenir du Kosovo (AAK) et ancien Premier Ministre, Ramush Haradinaj, a été arrêté à Paris par les autorités françaises pour sa participation présumée à des crimes de guerre commis au Kosovo au cours de la période 1998-1999.

Si elle a suscité des réactions de colère de la part de dirigeants politiques du Kosovo et d'une partie de la population, cette arrestation a été saluée par le Président de la Serbie, Tomislav Nikolic.

Plusieurs membres du Conseil se sont dits en outre préoccupés par l'incident, survenu le 14 janvier dernier, au cours duquel un train en provenance de Belgrade a été empêché d'entrer au Kosovo et à Mitrovica par la police kosovare.

Conscient des tensions récentes, le Représentant spécial a toutefois estimé que la « relance » du dialogue au plus haut niveau semble témoigner d'une volonté de rétablissement de la confiance entre les parties.

Il n'y a pas d'alternative, a conclu M. Tanin, en rappelant que les « prescriptions » de la communauté internationale ont valeur d'« impératifs catégoriques ». Le chef de la MINUK a donc appelé Belgrade et Pristina à faire preuve de « leadership courageux » pour garantir le succès de la normalisation de leurs relations.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le chef de l'ONU estime qu'il ne faut pas tenir pour acquises la paix et la prospérité en Europe

A l'occasion d'une réunion du Conseil de sécurité consacrée aux conflits en Europe, le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a estimé mardi qu'il ne fallait pas tenir pour acquises la paix et la prospérité dans cette région du monde qui a été à l'avant-garde de la prévention des conflits au cours des 70 dernières années.