Au Yémen, Stephen O'Brien souligne la neutralité et l'impartialité de l'aide humanitaire

27 février 2017

En déplacement au Yémen depuis dimanche, le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d'urgence, Stephen O'Brien, a souligné la nécessité d'assurer la protection des civils ainsi qu'un accès humanitaire aux populations touchées dans l'ensemble du pays.

« Nous sommes ici pour aider et fournir une assistance neutre et impartiale pour sauver des vies à toutes les personnes dans le besoin, peu importe où elles se trouvent au Yémen », a déclaré lundi M. O'Brien lors d'un point presse.

Le Secrétaire général adjoint s'est rendu dimanche à l'hôpital général d'Aden où il a pu constater par lui-même les dommages subis par l'établissement en raison du conflit. Selon le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), seulement 45% des établissements de santé du Yémen sont actuellement en état de fonctionnement.

A Aden, M. O'Brien a également visité le quartier d'Al Qateea'a où il a pu rencontrer et écouter les préoccupations de familles régulièrement déplacées par le conflit et contraintes de vivre dans des abris de fortunes, tels que des écoles. « Je suis venu à Aden pour voir moi-même la situation des familles à Al Qateea'a. Elles ont besoin de paix, d'espoir et d'assistance humanitaire », a déclaré le chef de l'humanitaire de l'ONU.

L'escalade du conflit sur la côte occidentale du Yémen a entraîné d'importantes pertes civiles et des déplacements de population à grande échelle, aggravant davantage la situation humanitaire. Plus de 44.000 personnes ont récemment fui les combats dans le gouvernorat de Taëz, dont au moins 25.000 personnes en provenance des districts d'Al Mukha et de Dhubab.

A l'école Abdo Ghanem d'Aden, M. O'Brien a notamment rencontré des enfants déplacés originaires du gouvernorat de Taëz. « Tous ont besoin de solutions durables », a-t-il dit.

Dans son dernier rapport sur la situation humanitaire au Yémen publié samedi, OCHA a précisé que l'aide apporté par les partenaires porte sur l'éducation, l'eau et l'assainissement, l'hébergement, l'agriculture et la sécurité alimentaire, la santé et la protection, cette dernière étant une préoccupation majeure notamment pour les personnes vivant toujours dans les zones de conflit actif telle que la ville d'Al Mukha et les villages alentours.

Après avoir rencontré dimanche le Président yéménite, Mansour Hadi, le Premier ministre, Bin Daghr, et d'autres hauts responsables du gouvernement du Yémen pour discuter des moyens de renforcer la coopération entre les autorités et les partenaires humanitaires, M. O'Brien s'est entretenu lundi avec le gouverneur d'Ibb qui lui a fait part de la vulnérabilité de la population qui a un besoin urgent de nourritures, de médicaments et de carburant.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'ONU lance un cri d'alarme sur le risque de famine dans trois pays d'Afrique et au Yémen

Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, et plusieurs autres hauts responsables des Nations Unies ont lancé mercredi un cri d'alarme sur le risque de famine qui menace le Soudan du Sud, la Somalie, le Yémen et le nord-est du Nigéria.