RDC : la MONUSCO s'inquiète des attaques contre des églises

24 février 2017

La Mission des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUSCO) et le clergé catholique congolais se sont déclarés vivement inquiets des attaques récentes lancées contre des paroisses et autres installations catholiques dans plusieurs parties du pays.

RDC : la MONUSCO s'inquiète des attaques contre des églises

Dans une déclaration conjointe publiée jeudi, la MONUSCO, la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) et la Nonciature apostolique ont noté que ces attaques ont été particulièrement violentes dans les provinces de Kinshasa, Haut-Katanga, Kasaï-Central et Kasaï-Oriental.

Le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies en RDC et Chef de la MONUSCO, Maman S. Sidikou, Monseigneur Marcel Utembi, Archevêque de Kisangani et Président de la CENCO, et Monseigneur Luis Mariano Montemayor, Nonce Apostolique en RDC, ont condamné fermement ces actes qui sont d'ailleurs punissables en droit pénal congolais.

« Les lieux de culte appartiennent à tous et, en tant que tels sont censés être apolitiques; les églises sont aussi des lieux de recueillement pour les populations et doivent être respectées et protégées », ont-ils dit. « En s'y attaquant, leurs auteurs et/ou commanditaires portent atteinte à un bien commun de tous les Congolais ».

La MONUSCO, la CENCO et la Nonciature Apostolique ont appelé à la cessation immédiate de ces actes déplorables et ont demandé aux acteurs politiques de les condamner tout aussi fermement afin de déjouer toute tentative de manipulation visant à fragiliser la mise en œuvre de l'Accord politique, global et inclusif du 31 décembre 2016.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

RDC : le Haut-Commissaire aux droits de l'homme appelle à l'arrêt immédiat des massacres

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, a demandé lundi au Gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) de prendre des mesures immédiates pour mettre un terme aux violations généralisées des droits de l'homme, y compris les exécutions sommaires apparentes.