Nigéria et région du lac Tchad : 672 millions de dollars promis par des bailleurs de fonds à la conférence d'Oslo

24 février 2017

Lors de la Conférence humanitaire d'Oslo sur le Nigéria et la région du lac Tchad, 14 bailleurs de fonds ont promis vendredi 672 millions de dollars pour financer l'assistance aux personnes affectées par la grave crise humanitaire qui frappe cette région du monde, a annoncé l'ONU.

Lors de la Conférence humanitaire d'Oslo sur le Nigéria et la région du lac Tchad, 14 bailleurs de fonds ont promis vendredi 672 millions de dollars pour financer l'assistance aux personnes affectées par la grave crise humanitaire qui frappe cette région du monde, a annoncé le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA).

170 représentants de 40 pays, de l'ONU, des organisations régionales et de la société civile ont participé à cette conférence organisée conjointement par la Norvège, le Nigéria, l'Allemagne et les Nations Unies. Elle fait suite à une réunion de la société civile qui a vu une forte participation de la société civile travaillant au Nigéria, au Tchad, au Niger et au Cameroun.

La région du lac Tchad est confrontée à l'une des plus grandes crises humanitaire au monde avec 17 millions de personnes vivant dans les zones les plus touchées. Environ 11 millions d'entre elles ont besoin d'une assistance humanitaire d'urgence.

Lors de la conférence, 14 donateurs ont annoncé 458 millions de dollars de promesses de dons pour l'aide en 2017 et un soutien additionnel de 214 millions de dollars pour 2018 et au-delà.

Les promesses de dons ont été annoncées par la Commission européenne, la Norvège, l'Allemagne, le Japon, la Suède, la Suisse, la France, l'Italie, l'Irlande, la Finlande, le Danemark, le Luxembourg, les Pays-Bas et la République de Corée.

Les partenaires humanitaires se sont mis d'accord pour augmenter leur réponse, afin d'atteindre les groupes les plus vulnérables menacés par la famine, y compris les enfants souffrant de malnutrition sévère. Une attention particulière a été portée sur les besoins de protection des femmes, des enfants et de la jeunesse, ainsi que sur la nécessité d'un soutien à plus long terme et des solutions durables pour les personnes déplacées.

AUDIO: Ruby Sandhu-Rojon, Directrice adjointe du Bureau pour l'Afrique, Programme des Nations Unies pour le développement; Credit: PNUD Nigeria

« La crise humanitaire qui se déroule dans la région du lac Tchad, avec 10,7 millions de personnes ayant un besoin urgent d'assistance humanitaire, est véritablement une crise majeure », a déclaré le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d'urgence, Stephen O'Brien.

« Sans notre soutien accru, les communautés touchées seront condamnées à la faim, aux maladies, aux violences basées sur le genre, et aux déplacements continus. Mais un autre avenir est à portée de main : étant donné que la communauté internationale renforce son soutien, nous pouvons empêcher que cette crise ne s'aggrave d'avantage et entraîne d'inimaginables conséquences pour des millions de personnes », a-t-il ajouté.

M. O'Brien s'est dit reconnaissant du généreux soutien pour l'action humanitaire annoncé ce vendredi. « Les Nations Unies et nos partenaires sommes prêts et mobilisés à intensifier notre réponse vitale - les personnes dans la région n'ont pas le temps d'attendre », a-t-il ajouté.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Bassin du lac Tchad : des millions de personnes ont besoin d'aide, selon le chef de l'humanitaire de l'ONU

A la veille d'une conférence de bailleurs de fonds à Oslo, en Norvège, sur la crise humanitaire dans la région du Bassin du lac Tchad, le chef de l'humanitaire de l'ONU, Stephen O'Brien, a souligné combien il était important de financer l'appel de fonds humanitaire pour répondre aux besoins de millions de personnes vulnérables.