Yémen : le Conseil de sécurité proroge le mandat du Groupe d'experts chargé de surveiller les sanctions

23 février 2017

Le Conseil de sécurité de l'ONU a prorogé jeudi jusqu'au 28 mars 2018 le mandat du Groupe d'experts chargé de surveiller les sanctions concernant le Yémen.

Le Conseil, par la résolution 2342 (2017) adoptée à l'unanimité de ses 15 membres, a également reconduit jusqu'au 26 février 2018 les mesures imposées par la résolution 2140 (2014), lesquelles font référence aux personnes figurant sur la Liste des sanctions.

Le Conseil, en outre, prie le Groupe d'experts de présenter au Comité des sanctions un bilan à mi-parcours le 28 juillet 2017 au plus tard, et de lui remettre, après concertation avec le Comité, un rapport final le 28 janvier 2018 au plus tard.

Le Conseil demande aussi instamment aux parties et aux États Membres, ainsi qu'aux organisations internationales, régionales et sous-régionales, de coopérer avec le Groupe d'experts. Les États membres concernés devront assurer la sécurité des membres du Groupe et leur donner libre accès, notamment aux personnes, documents et lieux pertinents pour l'exécution de son mandat.

Le Conseil demande aux États Membres qui ne l'ont pas encore fait de présenter un rapport au Comité sur les actions prises pour appliquer concrètement les mesures visées par les résolutions précitées. Les États membres qui effectuent une inspection des chargements doivent ainsi présenter un rapport au Comité.

Enfin, le Conseil réaffirme la nécessité de procéder rapidement et intégralement à la transition politique au Yémen à la suite de la Conférence de dialogue national sans exclusive, comme le prévoit l'Initiative du Conseil de coopération du Golfe et au vu « des attentes du peuple yéménite ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Yémen : plus d'un million de déplacés contraints de rentrer chez eux malgré les combats et le risque de famine, selon l'ONU

Environ un million de personnes déplacées à l'intérieur du Yémen ont été contraintes de retourner dans les foyers qu'elles avaient fuis malgré l'insécurité persistante à travers le pays, ont prévenu mardi le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).