Le HCR ouvre un nouveau site de réfugiés en Ouganda pour les Sud-Soudanais fuyant le conflit

23 février 2017

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés et ses partenaires ont ouvert un nouveau site dans le district d'Arua, au nord de l'Ouganda, qui devrait héberger des milliers de réfugiés arrivant du Soudan du Sud.

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et ses partenaires ont ouvert un nouveau site dans le district d'Arua, au nord de l'Ouganda, qui devrait héberger des milliers de réfugiés arrivant du Soudan du Sud.

Ce nouveau site d'Imvepi est créé après que le site de Palorinya dans le district de Moyo, ouvert en décembre 2016, a rapidement atteint sa capacité d'accueil de 135.000 réfugiés, a précisé le HCR dans un communiqué de presse.

Des milliers de personnes arrivent chaque jour en Ouganda, fuyant le Soudan du Sud. Le site d'Imvepi sera en mesure d'accueillir 110.000 personnes dans les semaines et les mois à venir.

« Plus de 2.000 réfugiés sud-soudanais se sont déjà installés à Imvepi au cours des deux derniers jours où, conformément à l'approche en Ouganda en matière d'asile, ils vivront côte à côte avec des membres de la communauté d'accueil ougandaise », a précisé l'agence onusienne. Le HCR a salué la générosité de cette communauté d'accueil, qui a donné des terres pour l'établissement du site. « Ce geste est une manifestation exceptionnelle de solidarité avec des gens qui ont été obligés de laisser tout derrière eux à cause de la guerre », a déclaré le HCR.

A leur arrivée, les réfugiés du Soudan du Sud reçoivent un lopin de terre sur lequel ils peuvent construire leur nouvelle maison et cultiver. Les réfugiés ont en outre un accès gratuit aux services publics de santé et d'éducation.

Plus de 1,5 million de réfugiés sud-soudanais ont fui vers les pays voisins, dont la moitié en Ouganda. Les deux-tiers des réfugiés sud-soudanais se trouvant en Ouganda sont arrivés depuis l'éruption de violence à Juba en juillet 2016.

De son côté, le chef de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS), David Shearer, s'est rendu dans la ville de Yambio, dans la région d'Equatoria occidental, une région agricole qui fournit habituellement une vaste gamme de produits alimentaires au reste du Soudan du Sud.

La production agricole a diminué parce que les agriculteurs ne sont plus en mesure de cultiver en raison de l'insécurité et des déplacements.

« La sécurité est la clé pour ramener les paysans à leur terre », a déclaré M. Shearer après avoir rencontré des autorités locales à Yambio. Selon lui, la sécurité est également essentielle sur le réseau routier pour permettre le commerce et la distribution des produits agricoles.

Il a félicité les autorités de l'État pour leur engagement à stimuler la production agricole et à progresser vers l'autosuffisance.

La MINUSS a encouragé également les efforts de réconciliation des autorités de l'État, en particulier les efforts visant à réintégrer les jeunes qui avaient rejoint des groupes armés actifs dans la région.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'ONU lance un cri d'alarme sur le risque de famine dans trois pays d'Afrique et au Yémen

Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, et plusieurs autres hauts responsables des Nations Unies ont lancé mercredi un cri d'alarme sur le risque de famine qui menace le Soudan du Sud, la Somalie, le Yémen et le nord-est du Nigéria.