L'OMS se félicite de la fin de l'épidémie de fièvre jaune en Angola et en RDC

15 février 2017

Les autorités de la République démocratique du Congo (RDC) ont déclaré mercredi la fin de l'épidémie de fièvre jaune dans ce pays suite à une annonce similaire en Angola le 23 décembre 2016, mettant fin à l'épidémie dans les deux pays après qu'aucun nouveau cas n'a été signalé au cours des six derniers mois, s'est félicité l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

« Nous sommes en mesure de déclarer la fin de l'une des plus grandes et difficiles épidémies de fièvre jaune ces dernières années grâce à la réponse forte et coordonnée des autorités nationales, des agents de santé locaux et des partenaires », a déclaré le Dr Matshidiso Moeti, Directeur régional de l'OMS pour l'Afrique, dans un communiqué de presse.

L'épidémie, qui a été détectée pour la première fois en Angola en décembre 2015, a causé 965 cas confirmés de fièvre jaune dans les deux pays, avec des milliers de cas suspects. Le dernier cas détecté en Angola l'a été le 23 juin 2016 et le dernier cas détecté en RDC l'a été le 12 juillet de la même année.

Plus de 30 millions de personnes ont été vaccinées dans les deux pays dans le cadre de campagnes de vaccination d'urgence. Cette partie essentielle de la réponse comprenait les opérations de prévention dans les zones difficiles à atteindre jusqu'à la fin de l'année. Cette réponse sans précédent a épuisé plusieurs fois le stock mondial de vaccins contre la fièvre jaune.

Plus de 41.000 volontaires et 8.000 équipes de vaccination avec plus de 56 ONG partenaires ont participé aux campagnes de vaccination. Les vaccins utilisés proviennent d'un stock mondial géré conjointement par Médecins sans frontières (MSF), la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR), le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) et l'OMS. Au cours des six premiers mois de 2016, les partenaires ont livré plus de 19 millions de doses du vaccin - trois fois les 6 millions de doses généralement mises de côté pour une épidémie.

L'un des principaux succès de la riposte à cette épidémie a été l'introduction d'une stratégie novatrice de réduction des doses utilisant un cinquième d'une dose régulière de vaccin contre la fièvre jaune, une technique approuvée par le groupe mondial d'experts en vaccins pour protéger le plus grand nombre possible de la menace immédiate d'une importante épidémie urbaine.

L'OMS a appuyé le Ministère de la santé en RDC pour vacciner 10,7 millions de personnes dans la ville de Kinshasa en utilisant cette stratégie de réduction de dose comme mesure à court terme fournissant une immunité contre la fièvre jaune pendant au moins 12 mois et probablement plus.

En plus de soutenir les campagnes de vaccination, l'OMS et ses partenaires continuent de fournir un appui à l'Angola et à la RDC pour renforcer la surveillance des maladies, contrôler la propagation des moustiques et mobiliser les communautés pour qu'elles puissent se protéger.

« Des flambées de fièvre jaune comme celle en Angola et en RDC pourraient devenir plus fréquentes dans de nombreuses régions du monde à moins que des mesures coordonnées ne soient prises pour protéger les personnes les plus à risque. Par conséquent, nous devons mettre en œuvre une approche préventive forte pour vacciner la population à risque dans toute la région », a déclaré le Dr Ibrahima Socé Fall, Directeur régional des urgences de l'OMS.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Angola et RDC : l'OMS lance une vaste campagne de vaccination contre la fièvre jaune

En coopération avec les ministères de la santé de l'Angola et de la République démocratique du Congo (RDC) et 56 partenaires mondiaux, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) coordonne actuellement l'une des plus grandes campagnes de vaccination d'urgence jamais entreprise en Afrique contre la fièvre jaune.