Le nombre de réfugiés du Soudan du Sud franchit la barre des 1,5 million, selon le HCR

10 février 2017

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) s'est dit vendredi très alarmé par la crise au Soudan du Sud, qui a forcé plus de 1,5 million de personnes à quitter le pays depuis que la guerre civile a éclaté en décembre 2013 et entraîné le déplacement forcé de 2,2 millions autres personnes à l'intérieur du pays.

« Nous demandons à toutes les parties impliquées dans le conflit de régler cette crise de manière rapide et pacifique, alors que des milliers de personnes continuent d'arriver chaque jour dans les pays voisins du Soudan du Sud : l'Ouganda, l'Éthiopie, le Soudan, le Kenya, la République démocratique du Congo et la République centrafricaine », a déclaré un porte-parole du HCR, William Spindler, lors d'un point de presse au Palais des Nations à Genève.

Avec ces déplacements à grande échelle, le Soudan du Sud est aujourd'hui la plus grande crise de réfugiés en Afrique et la troisième au monde après la Syrie et l'Afghanistan.

Des combats intenses ont éclaté au Soudan du Sud en juillet dernier suite à l'effondrement d'un accord de paix entre le gouvernement et les forces de l'opposition. Plus de 760.000 réfugiés ont fui le pays en 2016, alors que le conflit s'intensifiait au second semestre - en moyenne 63.000 personnes par mois ont été contraintes de quitter le pays. Plus de 60% des réfugiés sont des enfants, dont beaucoup arrivent avec des niveaux alarmants de malnutrition.

Les personnes qui sont arrivées récemment ont fait part d'enlèvements, de viols, de menaces par les groupes armés et d'une forte pénurie alimentaire.

La majorité des réfugiés sont accueillis par l'Ouganda, où environ 698.000 sont arrivés. L'Ethiopie accueille environ 342.000 personnes, 305.000 se trouvent au Soudan, 89.000 au Kenya, 68.000 en République démocratique du Congo et 4.900 en République centrafricaine.

« Le HCR est encouragé par l'accueil que les réfugiés du Soudan du Sud ont reçu dans les pays voisins mais aussi extrêmement préoccupé par le manque de ressources pour gérer l'une des plus grandes crises de réfugiés au monde », a dit M. Spindler.

« Nous travaillons avec les autorités des pays voisins du Soudan du Sud pour fournir une assistance », a-t-il ajouté. « Cependant, nos efforts d'assistance sont entravés par un sous-financement sévère. Nous renouvelons notre appel aux pays donateurs pour qu'ils renforcent leur soutien aux efforts humanitaires pour cette situation de crise au Soudan du Sud ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Soudan du Sud : l'ONU et ses partenaires appellent à une cessation immédiate des hostilités

A l'issue de consultations sur la situation au Soudan du Sud, l'ONU, l'Union africaine et l'Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) ont une nouvelle fois appelé dimanche à une cessation immédiate des hostilités dans ce pays.