Centrafrique : l'ONU plaide pour le respect du droit humanitaire après un incident dans un centre de santé

9 février 2017

Le Coordonnateur humanitaire par intérim en République centrafricaine (RCA), le Dr Michel Yao, a fermement condamné jeudi l'intrusion d'hommes armés dans un centre de santé à Bangui, la qualifiant de violation du droit international humanitaire.

Une opération militaire dans le quartier de PK5 à Bangui a fait trois morts et 26 blessés. Ces chiffres incluent des civils et des combattants. Les blessés ont été amenés dans un établissement de santé soutenu par une organisation humanitaire internationale, a expliqué le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA).

Après l'incident, des éléments armés sont entrés de force dans l'établissement de santé avec l'intention de tuer certains des blessés. Ceci est le deuxième incident dans le même établissement de santé en quatre jours.

“Il est inacceptable que des éléments armés viennent à l'hôpital avec des armes pour tuer les patients. J'exhorte toutes les parties prenantes à respecter le caractère civil de ces établissements de santé afin de permettre un accès libre et sans entrave pour les patients et le personnel médical », a déclaré le Dr Yao, dans un communiqué de presse.

Lors de cet incident, plusieurs maisons, une école et une église ont été détruits.

“J'appelle toutes les parties, y compris les autorités nationales à améliorer la protection des civils et la cohabitation pacifique des communautés”, a ajouté le Coordonnateur humanitaire.

La protection des civils continue d'être une préoccupation majeure en République centrafricaine, où 400.000 personnes sont toujours déplacées en raison du conflit. Environ 2,2 millions de personnes ont actuellement besoin d'une aide humanitaire, à un moment où les niveaux de financement sont au plus bas.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Centrafrique : une experte de l'ONU s'inquiète de la dégradation de la situation sécuritaire et humanitaire

L'Experte indépendante des Nations Unies sur la situation des droits de l'homme en République centrafricaine, Marie-Thérèse Keita-Bocoum, s'est inquiétée mercredi de la dégradation de la situation sécuritaire, humanitaire et des droits de l'homme dans certaines préfectures du pays et du peu d'avancées concrètes sur le terrain.