Syrie : à la réunion d'Astana, l'envoyé de l'ONU réclame une consolidation du cessez-le-feu

23 janvier 2017

Intervenant à la réunion sur la situation en Syrie organisée lundi à Astana, au Kazakhstan, par l'Iran, la Russie et la Turquie, l'Envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, a souhaité que cette réunion aboutisse à une consolidation du cessez-le-feu et ouvre la voie à des négociations inter-syriennes à Genève sur une solution politique.

En décembre 2016, le gouvernement syrien et d'importants groupes armés d'opposition ont convenu d'un régime de cessez-le-feu, à la suite d'une initiative conjointe de la Russie, de l'Iran et de la Turquie.

« La violence a chuté en Syrie, mais elle n'a pas encore cessé complètement », a noté M. de Mistura dans un discours devant les participants de la réunion d'Astana. « Nous avons constaté récemment des exemples de fortes tensions en de nombreux endroits, en particulier à Wadi Barada, mettant en péril l'accès à l'eau des résidents de Damas et des régions voisines ».

Selon lui, les chances de succès du cessez-le-feu « seront plus grandes si les parties présentes ici sont en mesure de s'entendre sur un mécanisme pour superviser et mettre en œuvre le cessez-le-feu à l'échelle nationale ».

« La consolidation du cessez-le-feu permettra également aux Syriens et à la communauté internationale d'accroître leur efficacité dans leur lutte contre les groupes désignés comme terroristes par le Conseil de sécurité », a ajouté M. de Mistura. « Si Astana réussit, les Syriens réussissent, et les Nations Unies auront une meilleure chance de relancer des négociations inter-syriennes efficaces à Genève ».

L'Envoyé spécial de l'ONU a précisé qu'il avait l'intention de « convoquer aussitôt que possible des négociations inter-syriennes formelles - et si possible, directes - à Genève sur une solution politique ». « Je veux le faire dès que possible en février », a-t-il ajouté.

« J'aimerais que ces négociations se concentrent sur un programme sérieux fondé sur la résolution 2254 (du Conseil de sécurité) : la gouvernance, la Constitution, les élections font toutes parties d'un tel ordre du jour », a déclaré M. de Mistura.

« Nous devons donc souhaiter qu'Astana consolide la cessation des hostilités, et nous devons utiliser Genève pour une véritable relance des négociations politiques afin d'aborder les questions fondamentales du conflit », a-t-il conclu.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Syrie : le Conseil de sécurité et l'UNESCO condamnent la destruction du patrimoine culturel de Palmyre

Le Conseil de sécurité et l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) ont condamné vendredi la destruction du Tétrapyle et de plusieurs éléments du proscenium de l'amphithéâtre antique de Palmyre, en Syrie.