Soudan du Sud : la Mission de l'ONU confirme la poursuite des discussions sur la Force de protection régionale

15 janvier 2017

La Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) a confirmé ce weekend qu'elle continuait ses discussions avec le gouvernement national de transition sud-soudanais sur la Force de protection régionale comptant de 4.000 soldats, qui a été autorisée par le Conseil de sécurité en août dernier mais n'a toujours pas été déployée.

La MINUSS « confirme qu'en vue de l'arrivée de la Force de protection régionale, elle continue de mener des discussions avec le gouvernement national de transition sur les diverses modalités de la nouvelle force, y compris sur l'endroit où elle sera déployée à Juba », a déclaré le bureau du porte-parole de la Mission.

Cette confirmation intervient à la suite d'informations dans les médias suggérant que le gouvernement aurait changé sa position sur le déploiement de la Force.

« Il convient de rappeler que dans sa résolution 2304 le Conseil de sécurité des Nations Unies a décidé que les niveaux de la force de la MINUSS devraient être portés à un plafond de 17.000 soldats, y compris 4.000 pour une Force de protection régionale. Cela a été réaffirmé par la résolution 2327 du Conseil de sécurité, qui a renouvelé récemment la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud pour un an », a ajouté le porte-parole.

La MINUSS a également noté que le gouvernement national de transition a confirmé son accord « sans condition » au déploiement de la Force de protection régionale.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Soudan du Sud : Ban Ki-moon réclame un embargo sur les armes

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a une nouvelle fois réclamé lundi un embargo sur les armes concernant le Soudan du Sud, où une guerre civile fait rage depuis trois ans entre les partisans du Président Salva Kiir et ceux de son ancien Vice-Président Riek Machar.