Mauritanie : le FIDA accorde 21 millions de dollars pour renforcer la sécurité alimentaire

12 janvier 2017

Un accord de financement signé jeudi entre le Fonds international de développement agricole (FIDA) et la Mauritanie permettra à 285.600 petits producteurs, en particulier des femmes et des jeunes de six régions du sud du pays, d'améliorer leurs revenus, leur nutrition et leur sécurité alimentaire.

L'accord pour la mise en œuvre du Projet de développement de filières inclusives (PRODEFI) a été signé à Rome par le Vice-Président du FIDA, Michel Mordasini, et l'Ambassadrice de la Mauritanie en Italie et Représentante permanente auprès des agences des Nations Unies basées à Rome, Mariem Aouffa.

Le montant total de l'investissement du projet s'élève à 45,2 millions de dollars, comprenant un don du FIDA de 21 millions de dollars.

« PRODEFI s'appuiera sur l'expérience du FIDA en République de Mauritanie et ailleurs dans la sous-région et la mettra à l'échelle en adoptant une approche de réduction de la pauvreté basée sur l'appui aux systèmes inclusifs de production, de transformation et de commercialisation », a déclaré le chargé de programme de la Mauritanie au FIDA, Philippe Rémy. « En outre, il réduira la dépendance du pays à l'égard des importations des denrées alimentaires par la promotion des produits locaux, créera des emplois et augmentera les revenus des ménages ruraux, en particulier des femmes et des jeunes », a-t-il ajouté.

23,8% des ménages du sud de la Mauritanie en situation d'insécurité alimentaire

La Mauritanie importe 60% des produits alimentaires de base consommés dans le pays. Seule la demande de viande rouge et de poisson est satisfaite par la production nationale tandis que les deux tiers des céréales consommées et des légumes sont importées.

En outre, la situation alimentaire et nutritionnelle de la population de la Mauritanie est préoccupante. D'après l'enquête sur la sécurité alimentaire menée en 2015 par le Commissariat national à la sécurité alimentaire, avec l'appui du Programme alimentaire mondial (PAM), 23,8% des ménages du sud de la Mauritanie sont en situation d'insécurité alimentaire.

Faciliter l'accès des petits producteurs aux marchés

La première phase du PRODEFI se concentrera sur le maraîchage, l'aviculture, le lait de chèvre et les produits forestiers non ligneux. La pêche continentale sera testée dans le lac de Foum Gleita. En fonction des études de marché menées lors de la première phase, de nouvelles cultures ou activités génératrices de revenus seront définies pour la deuxième phase du projet.

PRODEFI favorisera une meilleure adéquation entre l'offre et la demande. Il développera les partenariats public-privé-producteurs dans l'intérêt des petits producteurs et facilitera l'accès aux marchés. Le projet appuiera les systèmes de production compétitifs pour répondre à la demande du marché. Des services de formation et d'appui-conseil associés à ces modèles de production seront mis à la disposition des producteurs.

Pour faire face à la question du changement climatique, le projet facilitera l'utilisation de l'énergie solaire - de la production au stockage et à la transformation des produits – grâce au don octroyé au titre du programme d'adaptation de l'agriculture paysanne (ASAP). Il favorisera aussi la gestion durable des ressources naturelles comme l'eau, les pâturages et les ressources végétales.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Investir dans l'adaptation au changement climatique pour les petits exploitants agricoles est très rentable, selon le FIDA

Un nouveau rapport du Fonds international de développement agricole (FIDA) des Nations Unies montre que pour chaque dollar investi dans son Programme d'adaptation pour les petites exploitations agricoles (ASAP), les agriculteurs pourraient obtenir un rendement entre 1,40 et 2,60 dollars sur une période de 20 ans en appliquant les pratiques d'adaptation au changement climatique.