Négociations sur Chypre à Genève : « un moment de vérité » pour le Conseiller spécial de l'ONU

9 janvier 2017

Alors que les négociations sur la réunification de Chypre ont repris ce lundi à Genève, le Conseiller spécial du Secrétaire général pour l'île, Espen Barth Eide, s'est félicité d'un « bon début » qui fait suite aux « progrès considérables » accomplis ces 19 derniers mois.

Alors que les négociations sur la réunification de Chypre ont repris ce lundi à Genève, le Conseiller spécial du Secrétaire général pour l'île, Espen Barth Eide, s'est félicité d'un « bon début » qui fait suite aux « progrès considérables » accomplis ces 19 derniers mois sur tous les volets discutés « qui seront tôt ou tard résolus par les Chypriotes eux-mêmes ».

Lundi matin, le dirigeant chypriote grec, Nico Anastasiades, et le dirigeant chypriote turc, Mustafa Akinci, et leurs délégations respectives sont arrivés au Palais des Nations, siège de l'Office des Nations Unies à Genève (ONUG), pour poursuivre les pourparlers bicommunautaires sous les auspices des Nations Unies et de M. Eide.

« Nous sommes désormais parvenus à un moment final. Nous sommes vraiment parvenus à un moment de vérité », a déclaré le Conseiller spécial lors d'une conférence de presse à Genève organisée lors de la première journée des négociations. « C'est là que nous allons réellement savoir si cela peut être résolu. J'ai un sentiment assez fort qui est le suivant: cela va être difficile, mais c'est possible », a affirmé M. Beide.

Pour le Conseiller spécial, la difficulté des négociations réside dans le fait que les questions les plus compliquées ou les plus émotives restent à régler, « et c'est la nature de ces pourparlers », a-t-il rappelé, plaidant pour un certain respect envers les dirigeants qui selon lui montrent beaucoup de courage, de volonté, de leadership et de confiance l'un envers l'autre. « Mais c'est aussi possible car je ne connais pas une seule question qui ne pourrait vraiment pas être résolue, si la volonté suffisante est existante », a-t-il souligné.

Ces négociations prévues jusqu'au 11 janvier doivent permettre de jeter les bases d'une conférence internationale sur Chypre à partir du jeudi 12 janvier toujours à Genève à laquelle s'ajoutera la participation supplémentaire des puissances garantes - la Grèce, la Turquie et le Royaume-Uni - ainsi que l'Union européenne (UE) dans un rôle d'observateur spécial.

Dans son point de presse du lundi, le porte-parole du Secrétaire général a indiqué qu'António Guterres quittera New York mercredi après-midi pour se rendre à Genève afin de présider la conférence sur Chypre à partir de jeudi.

Si M. Eide a tenu à réitérer que la conférence de jeudi aura bien lieu, il a toutefois souligné que la qualité de cette dernière dépend beaucoup des discussions du 9 au 11 janvier.

Pour le Conseiller spécial, la réussite de ces pourparlers serait historique pour les Chypriotes. « Cela enverrait un signal très fort à une région en proie à de nombreuses guerres ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Chypre : le chef de l'ONU déçu de l'échec des récents pourparlers visant à réunifier l'île

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, s'est déclaré mercredi déçu de l'échec du dernier cycle de pourparlers, sous l'égide de l'ONU, entre le dirigeant chypriote turc, Mustafa Akinci, et le dirigeant chypriote grec, Nicos Anastasiades, visant à réunifier l'île de Chypre.