Traversée de la Méditerranée : plus de 5000 personnes ont trouvé la mort en 2016, selon le HCR

23 décembre 2016

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a annoncé vendredi qu'une centaine de personnes auraient trouvé la mort par noyade jeudi en mer Méditerranée.

Ces toutes dernières tragédies portent le nombre de victimes en Méditerranée cette année à plus de 5000. « C'est le pire bilan jamais observé pour une année », a déclaré le porte-parole du HCR, William Spindler lors d'un point de presse à Genève.

Les garde-côtes italiens ont effectué quatre opérations de sauvetage en Méditerranée centrale. Dans le contexte de deux incidents distincts, des canots pneumatiques se sont effondrés et des passagers sont tombés dans l'eau, selon les garde-côtes.

« Le premier canot pneumatique transportait entre 120 et 140 personnes, dont un grand nombre de femmes et d'enfants. Seulement 63 personnes ont survécu après que l'embarcation ait fait naufrage et que les passagers soient tombés à l'eau », a indiqué M. Spindler. « Environ 120 personnes se trouvaient à bord de la deuxième embarcation et 80 ont été sauvées par les garde-côtes », a-t-il ajouté.

Le porte-parole du HCR a également précisé qu'environ 175 personnes ont été secourues depuis un autre canot pneumatique et un bateau en bois. Huit corps sans vie ont également été récupérés pendant les opérations.

Les garde-côtes ont débarqué 264 personnes dans la nuit de jeudi à vendredi à Trapani, en Sicile.

« Cette situation rappelle aux États le besoin urgent d'accroître les voies d'admission des réfugiés », a déclaré M. Spindler soulignant que la réinstallation, le parrainage privé, le regroupement familial et les programmes de bourses d'études, entre autres permettraient que les individus n'aient pas recours à des traversées périlleuses et à des passeurs.

Selon le HCR, les causes de l'augmentation alarmante des décès cette année sont multiples, mais elles semblent liées à la baisse de qualité des navires utilisés par les passeurs, aux aléas de la météo et aux tactiques des passeurs pour éviter de se faire repérer par les autorités. « (Les passeurs) envoient notamment un grand nombre d'embarcations simultanément, ce qui rend le travail des sauveteurs plus difficile », a souligné le porte-parole.

En moyenne, 14 personnes sont mortes chaque jour en Méditerranée en 2016. « C'est le nombre le plus élevé jamais enregistré », a déploré M. Spindler. L'année dernière, lorsque plus d'un million de personnes avaient traversé la mer Méditerranée, 3771 victimes avaient été enregistrées.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le chef de l'ONU rappelle que « les migrants sont des êtres humains dotés de droits »

A l'occasion de la Journée internationale des migrants (18 décembre), le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a appelé samedi la communauté internationale à s'employer à la mise en place du pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, « afin de bâtir un monde de paix, de prospérité, de dignité et de possibilités pour tous ».