Gambie: le Conseil de sécurité appelle à un transfert pacifique du pouvoir au nouveau Président élu

21 décembre 2016

Le Conseil de sécurité a à nouveau demandé au Président sortant de la Gambie, Yahya Jammeh, et aux autorités gambiennes compétentes de « respecter pleinement » les résultats de l'élection présidentielle du 1er décembre 2016 et la volonté du peuple gambien de transférer le pouvoir au Président élu, Adama Barrow le 19 janvier 2017 au plus tard.

Le Conseil de sécurité a à nouveau demandé au Président sortant de la Gambie, Yahya Jammeh, et aux autorités gambiennes compétentes de « respecter pleinement » les résultats de l'élection présidentielle du 1er décembre 2016 et la volonté du peuple gambien de transférer le pouvoir au Président élu, Adama Barrow le 19 janvier 2017 au plus tard, conformément à la constitution du pays.

Les 15 saluent les actions entreprises par l'UA et la CEDEAO

Dans une déclaration faite par le Président du Conseil, les 15 ont salué l'implication de l'Union africaine (UA) et de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) dans la résolution de la crise gambienne et ont réaffirmé leur plein appui aux efforts déployés par les deux organisations pour promouvoir la paix, la stabilité et la bonne gouvernance dans la région.

Les membres du Conseil ont ainsi accueilli avec satisfaction et jugé encourageantes les décisions de l'UA et de son Conseil de paix et de sécurité lors de sa 644e séance, de reconnaitre M. Barrow comme Président élu de la Gambie. Ils se sont également réjouis des décisions prises par la Conférence des chefs d'Etat et de gouvernement de la CEDEAO sur la situation politique en Gambie notamment celle des chefs d'Etat de l'organisation sous régionale d'Afrique de l'Ouest d'assister à l'investiture du Président élu le 19 janvier dans la capitale, Banjul.

Les initiatives prises par la CEDEAO, ont été saluées par les 15, notamment visite à Banjul le 13 décembre d'une délégation de haut niveau CEDEAO/ONU, conduite par la Présidente de la République du Liberia et Présidente de la Conférence de la CEDEAO, Ellen Johnson Sirleaf. La visite de la délégation avait pour objet d'assurer une transition pacifique et ordonnée en Gambie.

Le Conseil a également loué la décision de la CEDEAO de nommer le Président du Nigeria Muhammadu Buhari et le Président du Ghana, John Dramani Mahama, respectivement comme médiateur en Gambie et Coprésident.

Faciliter un dialogue politique en vue d'une transition pacifique et ordonnée

Le Conseil de sécurité a à nouveau appelé M. Jammeh à respecter la volonté du peuple gambien de procéder à une « transition pacifique et ordonnée ». Il a demandé aux forces de défense et de sécurité gambiennes de faire preuve de la plus grande retenue pour maintenir le calme à Banjul.

Les 15ont prié le Secrétaire général de l'ONU, notamment par l'intermédiaire de son représentant spécial et chef du Bureau des Nations Unies pour l'Afrique de l'ouest et le Sahel (UNOWAS), Mohammed Ibn Chambas, en collaboration avec les organisations régionales et sous régionales compétentes, de faciliter l'instauration d'un dialogue politique entre les parties prenantes gambiennes en vue d'assurer un transfert pacifique du pouvoir en Gambie.

Pour les membres du Conseil, le transfert doit se faire dans le strict respect des résultats de l'élection présidentielle reconnus par la CEDEAO et l'UA, et le Secrétaire général et son représentant spécial doivent fournir une assistance technique à la médiation de la CEDEAO, le cas échéant.

Le Conseil a par ailleurs rappelé que ses membres ont demandé que la sécurité du Président élu, M. Barrow, ainsi que celle de tous les citoyens gambiens soit pleinement assurée, et a appuyé la décision prise par la CEDEAO à ce sujet lors de sa cinquantième session.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Gambie : l'ONU demande aux forces de sécurité d'afficher neutralité et retenue

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a déclaré lundi être toujours profondément préoccupé par la situation en Gambie où le Président sortant Yahya Jammeh refuse d'accepter les résultats de l'élection présidentielle du 1er décembre.