Gambie : l'ONU demande aux forces de sécurité d'afficher neutralité et retenue

19 décembre 2016

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a déclaré lundi être toujours profondément préoccupé par la situation en Gambie où le Président sortant Yahya Jammeh refuse d'accepter les résultats de l'élection présidentielle du 1er décembre.

« Le Secrétaire général salue la position ferme adoptée par les chefs d'État et de gouvernement de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) le 17 décembre en ce qui concerne la situation en Gambie, y compris la décision de prendre toutes les mesures nécessaires pour mettre en oeuvre le résultat du scrutin présidentiel, garantir la protection du Président élu Adama Barrow et assister à l'inauguration du Président élu Adama Barrow le 19 janvier 2017 », a dit son porte-parole dans une déclaration à la presse.

Le chef de l'ONU « est particulièrement préoccupé par le fait que la Commission électorale indépendante continue d'être sous le contrôle des forces militaires. Il demande aux forces de sécurité gambiennes de rester neutres et de faire preuve de retenue dans les circonstances actuelles », a-t-il ajouté.

Ban Ki-moon a souligné l'engagement de l'ONU à appuyer pleinement les décisions prises par l'Autorité de la CEDEAO, y compris, si la demande en est faite, en appuyant l'effort de médiation mené par les Présidents Muhammadu Buhari du Nigéria et John Dramani Mahama du Ghana.

Vendredi, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, a averti que la présence militaire accrue en Gambie depuis le rejet des résultats de l'élection présidentielle par le Président Yahya Jammeh risquait de renforcer le climat actuel d'intimidation et de harcèlement dans le pays.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Gambie : l'ONU met en garde contre les violations de droits l'homme

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, a averti vendredi que la présence militaire accrue en Gambie depuis le rejet des résultats de l'élection présidentielle par le Président Yahya Jammeh risque de renforcer le climat actuel d'intimidation et de harcèlement dans le pays.