Syrie : la Commission de l'ONU juge impératif d'assurer le passage en toute sécurité des civils d'Alep-est

14 décembre 2016

Alors que la longue bataille pour l'est d'Alep a pris fin mardi après quatre ans et demi d'impasse, la Commission d'enquête internationale indépendante sur la République arabe syrienne a réitéré mercredi son appel à toutes les parties belligérantes de se conformer aux principes fondamentaux des lois de la guerre auxquels elles sont toujours liées.

« Alors que la situation sur le terrain reste fluide, de nombreux rapports de violations perpétrées par des forces progouvernementales continuent d'émerger, y compris des exécutions sommaires, des arrestations arbitraires, des disparitions forcées et des conscriptions forcées », a déclaré la Commission dans un communiqué de presse, précisant que les hommes en âge de combattre semblent avoir été particulièrement vulnérables aux abus.

Parallèlement à une série d'attaques aveugles, la Commission a également reçu des allégations concernant des groupes d'opposition, y compris le groupe terroriste Jabhat Fatah al-Sham (anciennement Jabhat al-Nusra) et Ahrar al-Sham empêchant les civils de partir ainsi que des combattants de l'opposition se fondant parmi la population civile, augmentant ainsi le risque pour les civils d'être tués ou blessés.

« Le gouvernement syrien, de concert avec ses forces alliées, exerce maintenant un contrôle effectif sur l'est d'Alep et assume donc la responsabilité principale de prévenir ces violations, y compris d'éventuels actes de représailles », a dit la Commission, soulignant que les commandants dans leurs rangs doivent assurer la discipline de leurs troupes et faire en sorte que les transgresseurs rendent des comptes.

« Le bombardement sans fin sur l'est d'Alep depuis juillet, qui a dévasté toutes les poches restantes détenues par des groupes armés, a été aggravé par un siège prolongé », a rappelé la Commission. « Les centres de santé ont pratiquement disparu en raison des attaques aériennes, souvent ciblées pour dévaster l'infrastructure civile. De graves pénuries d'aliments et des températures plongeantes ont en outre contribué à la perte de la vie civile, en particulier chez les nourrissons », a-t-elle ajouté.

La Commission souligne comme impératif la nécessité d'un passage en toute sécurité des civils depuis l'est d'Alep.

« À ce moment critique, l'illusion que la victoire militaire est encore possible doit être découragée. Tous les États ayant une influence sur les parties belligérantes sont conscients qu'un retour aux négociations politiques est essentiel pour empêcher de nouvelles pertes massives de vies innocentes », a indiqué la Commission. « Le succès de toute négociation repose sur la reconnaissance des violations commises depuis le début de ce conflit brutal et l'inclusion de mécanismes de responsabilisation afin de rendre justice aux victimes dans tout accord conclu », a-t-elle ajouté.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Syrie : le chef de l'ONU appelle à mettre fin au carnage à Alep

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a appelé mardi la communauté internationale à tout faire « pour arrêter le carnage » à Alep, en Syrie, où l'opposition armée a perdu beaucoup de terrain face aux forces gouvernementales.