Une personne sur trois souffre d'au moins une forme de malnutrition, selon la FAO

1 décembre 2016

Une personne sur trois dans le monde souffre d'au moins une forme de malnutrition, qu'il s'agisse de sous-alimentation, de surpoids ou encore d'obésité, a souligné jeudi le Directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), José Graziano da Silva, lors d'un colloque international à Rome, en Italie.

« L'alimentation doit être considérée comme un problème public, une responsabilité des Etats », a dit M. Graziano da Silva. « Il faut autonomiser les consommateurs afin qu'ils soient en mesure de choisir des régimes alimentaires sains et une alimentation saine » et ce, par le biais d'une protection sociale orientée vers l'alimentation, d'une éducation à l'alimentation, d'un étiquetage précis et en optimisant la publicité.

« Les gouvernements devraient encourager la diversification de l'agriculture, l'amélioration de la gestion après récolte, mais également favoriser l'accès aux marchés pour les agriculteurs familiaux disposant de faibles revenus, tout en garantissant la sécurité alimentaire », a-t-il ajouté lors de ce Colloque international pour des systèmes alimentaires durables au service d'une alimentation saine et d'une meilleure nutrition, qui est co-organisé par la FAO et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) les 1er et 2 décembre.

Le Directeur général de la FAO a également annoncé la nomination du Roi Letsie III du Lesotho en tant que nouvel Ambassadeur de la FAO pour la nutrition. Le Roi Letsie III a noté qu'il y a plusieurs années, en Afrique, « la nutrition n'était pas une priorité lors des discussions et était négligée par les projets d'investissements ».

Le monarque a déjà joué un rôle actif dans la promotion de meilleurs régimes alimentaires en tant que 'Champion de la nutrition'. Il rejoint la Reine Letizia d'Espagne, également nommée Ambassadrice spéciale de la FAO pour la nutrition.

« Avec l'encadrement de nombreux Etats membres, l'énergie de la société civile et l'esprit entrepreneurial du secteur privé, nous pouvons tous ensemble changer de manière significative les systèmes alimentaires et le milieu alimentaire en vue d'améliorer l'alimentation de tous, et ce, dans un délai relativement court », a dit pour sa part la Directrice générale de l'OMS, Dr Margaret Chan, dans un message lu par le Directeur du Département de la nutrition pour la santé et le développement de l'OMS, Francesco Branca.

Aujourd'hui, près de 800 millions de personnes souffrent de faim chronique. Mais la malnutrition ne concerne pas seulement la faim et les calories nécessaires, elle se retrouve également dans les carences en micronutriments, le surpoids et l'obésité. Une mauvaise alimentation peut entraîner de nombreux problèmes de santé, contribuer à la pauvreté et freiner la croissance économique.

Plus de deux milliards de personnes sur terre souffrent de carences en micronutriments qui affectent leur santé et on estime à environ 150 millions le nombre d'enfants âgés de moins de 5 ans qui accusent un retard de croissance, en raison d'une mauvaise alimentation. En parallèle, 1,9 milliard de personnes sont en surpoids et 600 millions d'entre elles sont considérées comme obèses.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Lutte contre la faim : des progrès mais une mobilisation est nécessaire pour une élimination complète, selon l'ONU

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, s'est félicité jeudi du recul de la faim dans le monde, tout en appelant à la mobilisation pour son élimination totale, l'un des principaux objectifs du Programme de développement durable à l'horizon 2030 adopté l'an dernier par la communauté mondiale.