L'ONU réaffirme son attachement à défendre les droits du peuple palestinien

29 novembre 2016

A l'occasion de la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien qui est célébrée chaque année le 29 novembre, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a réaffirmé mardi l'attachement de l'Organisation à défendre les droits du peuple palestinien et à bâtir un avenir de paix, de justice, de sécurité et de dignité pour les Palestiniens comme pour les Israéliens.

« Le conflit israélo-palestinien n'est pas seulement l'un des nombreux conflits que connaît le Moyen-Orient; il est, à bien des égards, une plaie béante, alimentant depuis longtemps les tensions et les conflits dans toute la région », a souligné M. Ban dans un message.

« Les dirigeants israéliens et palestiniens continuent d'exprimer leur attachement à la solution des deux États. Cependant, si aucune mesure n'est prise rapidement pour relancer la perspective d'un règlement politique, c'est la réalité d'un État unique qu'ils risquent de pérenniser », a-t-il ajouté.

Le chef de l'ONU a rappelé que ces dernières années ont été marquées « par deux tentatives de négocier un règlement pacifique qui se sont soldées par un échec, trois conflits armés, des milliers de morts – en majorité des civils palestiniens –, d'incessants actes d'incitation, des attaques terroristes, des milliers de roquettes et de bombes lancées sur Israël depuis Gaza et une campagne d'expansion des colonies israéliennes illégales, qui risque de saper les valeurs démocratiques d'Israël et la nature de sa société ».

« Cette année, les forces israéliennes ont démoli deux fois plus de maisons et autres structures palestiniennes qu'en 2015. Gaza demeure en situation d'urgence humanitaire; 2 millions de Palestiniens sont aux prises avec des infrastructures délabrées et une économie paralysée et des dizaines de milliers de personnes sont encore déplacées, attendant la reconstruction d'habitations détruites à cause du conflit », a-t-il ajouté.

Selon Ban Ki-moon, cette situation a attisé la colère et l'exaspération chez les Palestiniens et provoqué une profonde désillusion chez les Israéliens.

« L'occupation israélienne dure depuis près de 50 ans et les perspectives de voir se réaliser la solution des deux États menacent de disparaître complètement. Face à cette situation, la communauté internationale doit dire haut et fort qu'elle demeure résolue à aider les parties à rétablir la confiance entre elles et créer les conditions propices à la tenue de véritables négociations », a-t-il conclu.

La date du 29 novembre pour la Journée internationale a été retenue en raison de sa signification particulière pour le peuple palestinien. Ce jour-là en effet, l'Assemblée générale des Nations Unies a adopté, en 1947, la résolution 181 (II), connue par la suite sous le nom de résolution sur le plan de partage, qui prévoyait la création en Palestine d'un « État juif » et d'un « État arabe », Jérusalem étant placée sous un régime international spécial.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'ONU réclame un retour aux négociations de fond entre Israéliens et Palestiniens

Face à la détérioration continue de la situation en Cisjordanie et aux défis chroniques qui se posent à Gaza, le Coordonnateur spécial de l'ONU pour le processus de paix aux Moyen-Orient, Nickolay Mladenov, a appelé mercredi toutes les parties prenantes à résister à ceux qui incitent à la haine et menacent de prolonger le conflit israélo-palestinien.