Centrafrique : la moitié de la population a encore besoin d'aide humanitaire, selon l'ONU

28 novembre 2016

Près de la moitié de la population de la République centrafricaine a encore besoin d'aide humanitaire malgré les progrès réalisés depuis la crise de 2013, ont déclaré lundi le Coordonnateur de l'action humanitaire pour ce pays, Fabrizio Hochschild, et la Ministre centrafricaine des affaires sociales et de la réconciliation nationale, Virginie Baikoua, lors d'une réunion à Genève.

En 2017, près de 400 millions de dollars seront nécessaires pour venir en aide à 1,6 million de Centrafricains, selon le plan de réponse humanitaire 2017 qui complémente le Programme quinquennal national de relèvement et de consolidation de la paix en Centrafrique (RCPCA) lancé à Bruxelles le 17 novembre.

« Les efforts humanitaires sont absolument primordiaux afin de pouvoir sauver les vies de personnes qui figurent parmi les plus pauvres et les plus oubliées au monde », a rappelé Fabrizio Hochschild.

Malgré un énorme potentiel agricole, la République centrafricaine détient un des taux les plus élevés de malnutrition chronique au monde avec un enfant sur deux malnutri. L'insécurité persistante, un faible accès à l'eau potable et aux services de santé, ainsi que le manque de graines et d'outil agricoles en sont les raisons principales. Les taux de mortalité maternelle et infantile figurent également parmi les plus élevés.

Depuis septembre 2016, de nouveaux conflits ont éclaté dans plusieurs villes causant ainsi la mort de centaines de civils et entraînant le déplacement de dizaines de milliers de personnes épuisées par le conflit. Un Centrafricain sur dix est réfugié, la majorité d'entre eux se trouvant au Cameroun voisin.

Presque deux semaines après la conférence des donateurs à Bruxelles, les Nations Unies et la République centrafricaine ont lancé, ce lundi à Genève, un appel de fonds de près de 400 millions de dollars américains pour venir en aide à 1,6 million de Centrafricains. Selon le plan de réponse humanitaire 2017 qui complémente le Programme quinquennal national de relèvement et de consolidation de la paix en Centrafrique (RCPCA) lancé à Bruxelles le 17 novembre, près de la moitié de la population centrafricaine a encore besoin d’aide humanitaire. Cet appel de fonds témoigne de la fragilité de la situation sécuritaire dans ce pays et de la situation humanitaire.

Toutefois, alors qu'au début de l'année 2014 près d'un million de personnes étaient déplacées, la moitié est aujourd'hui retournée. A cet égard, Fabrizio Hochschild a souligné que « les efforts humanitaires sont cruciaux pour stabiliser le pays pendant que les besoins urgents en terme de développement, politiques et sécuritaires sont traités ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Centrafrique : le Conseiller spécial pour la prévention du génocide s'inquiète de la nouvelle flambée de violence

Le Conseiller spécial des Nations Unies pour la prévention du génocide, Adama Dieng, s'est déclaré vendredi profondément préoccupé par la nouvelle flambée de violence en République centrafricaine, dans laquelle des civils sont ciblés en raison de leur appartenance ethnique ou de leur religion.