Colombie : l'ONU se félicite de la signature d'un nouvel accord de paix entre le gouvernement et les FARC

24 novembre 2016

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, s'est félicité jeudi de la signature d'un nouvel accord de paix entre le gouvernement colombien et les rebelles des Forces armées révolutionnaires de Colombie – Armée populaire (FARC-EP) à la suite de vastes consultations avec divers acteurs du monde politique et de la société civile.

Le nouvel accord est une version modifiée de l'accord auquel étaient parvenus il y a quelques mois le gouvernement et les FARC et qui avait été rejeté par les Colombiens lors d'un référendum organisé le 2 octobre 2016.

M. Ban “félicite les parties de leur détermination à mettre un terme à ce conflit de longue date. Il félicite tous ceux qui ont participé de façon constructive au dialogue qui a mené au nouvel accord”, a dit son porte-parole dans une déclaration à la presse.

“Le Secrétaire général estime qu'il est essentiel de passer maintenant à la mise en œuvre. Les incidents violents survenus récemment dans les zones affectées par le conflit soulignent la pertinence d'un grand nombre des engagements contenus dans l'accord et l'urgence de leur mise en œuvre”, a-t-il ajouté.

Le chef de l'ONU a souhaité que les Colombiens se réunissent à cette occasion pour faire avancer le processus de paix. Il a réaffirmé l'engagement des Nations Unies à fournir tout le soutien nécessaire, tant par l'intermédiaire de la Mission des Nations Unies en Colombie que par l'intermédiaire des organismes, fonds et programmes pertinents des Nations Unies.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Colombie : l'ONU salue la conclusion d'un accord de paix remanié entre le gouvernement et les FARC

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a salué dimanche les efforts déployés par le gouvernement colombien et les rebelles des FARC pour conclure un accord de paix modifié qui intègre bon nombre des propositions des groupes représentant les Colombiens qui ont voté « non» lors du référendum du 2 octobre 2016.