Cambodge : le tribunal parrainé par l'ONU confirme la condamnation de deux ex-dirigeants khmers rouges

23 novembre 2016

La Cour suprême des Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens (CETC) a confirmé mercredi les condamnations pour crimes contre l'humanité de deux anciens dirigeants khmers rouges : Nuon Chea et Khieu Samphan.

La Cour suprême des Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens (CETC) a confirmé mercredi les condamnations pour crimes contre l'humanité de deux anciens dirigeants khmers rouges : Nuon Chea et Khieu Samphan.

Au moins 1,7 million de personnes ont péri de faim, de torture, d'exécution et de travail forcé au Cambodge durant les 3 années, 8 mois et 20 jours du régime khmer rouge.

En août 2014, Nuon Chea, ancien secrétaire adjoint du Parti communiste du Kampuchéa et Khieu Samphan, ancien chef de l'Etat du Kampuchéa démocratique, avaient été reconnus coupables de crimes contre l'humanité par la Chambre de première instance des CETC. Les deux accusés avait alors fait appel de leur condamnation.

Selon un communiqué publié par les CETC, la Chambre de la Cour suprême du tribunal spécial composé de magistrats cambodgiens et internationaux a rejeté l'appel des deux anciens dirigeants khmers rouges et confirmé leur culpabilité de « crimes contre l'humanité de meurtre, de persécution pour des motifs politiques et d'autres actes inhumains » en lien avec l'évacuation de la Phnom Penh immédiatement après la chute de la capitale cambodgienne le 17 avril 1975 ».

Concernant la seconde phase des transferts de population qui ont eu lieu entre 1975 et 1977, la Chambre de la Cour suprême a également confirmé la culpabilité des accusés pour « crime contre l'humanité d'autres actes inhumains », et les a déclarés coupables de « crime contre l'humanité de meurtre ».

Créé par le gouvernement cambodgien et l'ONU, les CETC sont chargées de traduire en justice les auteurs des crimes commis sous le régime khmer rouge entre le 17 avril 1975 et le 6 janvier 1979.

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a pris note de cette décision, a déclaré son porte-parole dans un communiqué de presse publié mercredi soir. “Les pensées du Secrétaire général sont avec les victimes de crimes contre l'humanité”, a-t-il ajouté.

Ban Ki-moon a salué le dévouement de tous ceux impliqués dans les travaux des Chambres extraordinaires. Il a appelé les Etats membres à continuer de fournir un soutien financier aux CETC.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Cambodge : l'ONU dénonce l'atmosphère d'intimidation visant l'opposition

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) s'est déclaré mardi très préoccupé par l'atmosphère croissante d'intimidation visant des opposants politiques, leurs partisans, la société civile et des manifestants pacifiques au Cambodge.