RDC : le Conseil de sécurité souligne la nécessité de mener le processus électoral dans un climat pacifique et inclusif

14 novembre 2016

Lors d'une visite de trois jours en République démocratique du Congo (RDC), le Conseil de sécurité a appelé les différents acteurs à la responsabilité à travers notamment la tenue d'élections libres, crédibles et dans un délai raisonnable.

Lors d'une visite de trois jours en République démocratique du Congo (RDC), le Conseil de sécurité des Nations Unies a appelé les différents acteurs à la responsabilité à travers notamment la « tenue d'élections libres, justes, crédibles, ouvertes, transparentes, pacifiques et dans un délai raisonnable, conforme à la Constitution congolaise ».

Codirigée par l'Angola et la France, La délégation du Conseil a rencontré à Kinshasa « dans un esprit de diplomatie préventive » le Président de la République et le Premier Ministre ainsi que les représentants des partis politiques de la majorité et de l'opposition et de la société civile.

La fin du mandat du Président Kabila est prévue le 10 décembre. L'élection présidentielle, a l'origine prévue le 27 novembre, continue d'être un sujet de division en RDC.

« Nous avons souligné (…) que le processus électoral devait pouvoir se tenir dans un

climat pacifique, dans un esprit de consensus, qui rassemble, non pas qui divise, mais qui rassemble l'ensemble de forces politiques congolaises », a déclaré le Représentant permanent de la France à l'ONU, François Delattre, lors d'une conférence de presse donnée par le Conseil à Kinshasa samedi en fin de journée.

Pour M. Delattre, il est essentiel que les discussions se poursuivent dans un cadre large et plus inclusif, afin d'atteindre le consensus sur un calendrier électoral précis et accompagné également de mesures de confiance notamment au niveau de la liberté d'expression.

Samedi, les ondes de la station soutenue par l'ONU, Radio Okapi », étaient brouillées et Radio France internationale était toujours coupée.

« Le Conseil considère qu'il s'agit d'une nécessité en soit de rétablir le signal de Radio France Internationale (RFI) », a dit l'Ambassadeur français qui a également fait part de l'appel des 15 à lever l'interdiction de manifester « ou en terme plus positif à respecter le droit aux manifestations ».

« Il faut [faire] participer tout le monde », a pour sa part souligné le Représentant permanent de l'Angola, Ismaël Abraão Gaspar Martins. « Il faut l'engagement de tout le monde pour exécuter[le processus électoral], pour aller de l'avant avec le pas qu'il faut franchir pour éviter une crise qui s'annonçait très sérieusement dans ce pays », a-t-il ajouté.

Lors de leurs entrevues avec les différents interlocuteurs congolais, les 15 ont souligné leurs convergences de vues sur trois points : le refus de la violence et la promotion du dialogue, la recherche d'une solution politique basée sur le respect de la constitution congolaise, et la forte conscience des interactions avec le contexte régional et international.

Le Conseil de sécurité s'est ensuite rendu dimanche à Beni, ville dans l'est de la RDC ou 64 civils avaient été massacrés le 14 aout dernier, pour se rendre compte du travail de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation de la RDC (MONUSCO) sur le terrain et des défis auxquels elle est confrontée.

Les Quinze se sont entretenus avec les autorités politiques et militaires de la province ainsi que différentes couches de la population représentées au sein de la société civile.

A l'issue de la visite de la délégation, le Représentant permanent adjoint de la France auprès de l'ONU, Alexis Lamek, a souligné l'importance de mutualiser les efforts, non seulement avec les pays de la région, les forces nationales et les forces de la Mission de l'ONU (MONUSCO), mais aussi avec la population du Nord-Kivu.

Pour sa part, le Représentant permanent de l'Angola a affirmé l'importance de mettre en œuvre des stratégies appropriées pour faire cesser les actes terroristes en assurant notamment le déploiement de troupes spécialisées.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

RDC: Ban Ki-moon condamne l'attaque qui a visé des casques bleus à Goma

Une explosion a frappé mardi matin la ville de Goma, dans la province du Nord-Kivu, en République démocratique du Congo (RDC), au moment où des casques bleus du bataillon indien de la Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (MONUSCO) faisaient leur sport matinal.