Liban : le chef de l'ONU se félicite de l'élection d'un nouveau chef de l'Etat

31 octobre 2016

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, s'est félicité aujourd'hui de l'élection de Michel Aoun à la Présidence de la République du Liban, mettant ainsi fin à plus de deux ans vide institutionnel.

M. Ban a félicité M. Aoun alors qu'il s'apprête à assumer la Présidence du pays et lui a présenté ses meilleurs vœux de réussite à son poste de chef de l'Etat.

« Le Secrétaire général espère que les parties prenantes libanaises vont maintenant continuer à travailler dans un esprit d'unité et dans l'intérêt national », a déclaré son porte-parole dans un communiqué.

Pour M. Ban, le peuple libanais mérite d'avoir un bon fonctionnement des institutions de l'État, conformément à leurs droits constitutionnels et démocratiques.

« Le Secrétaire général encourage donc la formation sans délai d'un gouvernement qui puisse répondre efficacement aux besoins de tous les citoyens libanais et relever les défis sérieux auxquels est confronté le pays », a dit son porte-parole, précisant que le chef de l'ONU a également souligné la nécessité d'assurer la tenue d'élections parlementaires à temps.

« Les Nations Unies se réjouissent de travailler avec le Président Aoun et les autorités libanaises, avec l'appui de partenaires internationaux, afin de continuer à aider le Liban à préserver sa sécurité et sa stabilité et à améliorer ses perspectives socio-économiques », a indiqué le porte-parole du Secrétaire général qui a en outre remercié le Premier ministre, Tamam Salam, pour son leadership tout au long de cette période difficile.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le Liban demande de l'aide pour sortir de sa crise politique et faire face au flux de réfugiés

Le Premier ministre libanais, Tammam Salam, a demandé jeudi l'aide de la communauté internationale pour résoudre la crise politique dans laquelle il est plongé et pour faire face au flux de réfugiés sur son territoire.