Turquie : l'ONU s'inquiète de l'arrestation de deux élus de la ville de Diyarbakir

28 octobre 2016

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) s'est déclaré vendredi préoccupé par l'arrestation mardi de Gültan Kisanak et de Firat Anli, les co-maires de la ville de Diyarbakir, dans le sud-est en Turquie, suite à des accusations liées au terrorisme.

« Les arrestations de Mme Kisanak et M. Anli sont les dernières d'une série d'arrestations touchant des représentants démocratiquement élus au cours des derniers mois dans l'est et le sud-est de la Turquie », a dit une porte-parole du HCDH, Ravina Shamdasani, lors d'un point de presse à Genève, ajoutant que des dizaines d'autres personnes auraient été suspendues de leur poste et nombre d'entre elles détenues.

Le HCDH s'est également déclaré préoccupé par le sort d'autres personnes, y compris des fonctionnaires, qui ont été touchés par les mesures prises dans le cadre de l'état d'urgence. En l'absence d'accès, le Haut-Commissariat continue d'observer la situation de loin, a précisé la porte-parole.

Le HCDH a rappelé aux autorités turques que même pendant l'état d'urgence, les principes de légalité, de proportionnalité et de nécessité, les garanties d'un procès équitable et la présomption d'innocence doivent être respectés.

« Nous appelons le gouvernement à assurer le plein respect des droits de l'homme et un maximum de transparence dans l'administration de la justice », a conclu Mme Shamdasani.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Turquie : des experts appellent à respecter les droits de l'homme malgré l'état d'urgence

Des experts de l'ONU sur les droits humains ont appelé vendredi le gouvernement de la Turquie à respecter ses obligations en vertu du droit international des droits de l'homme, même s'il a invoqué l'article 4 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) dans le contexte de l'état d'urgence.