Centrafrique : l'ONU dénonce les incidents survenus ce lundi à Bangui

24 octobre 2016

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) est intervenue lundi matin dès les premières heures à Bangui pour démanteler les barricades érigées par des manifestants hostiles.

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) est intervenue lundi matin dès les premières heures à Bangui pour démanteler des barricades érigées par des manifestants hostiles.

« Des violences et troubles se sont produits lundi à Bangui, à la suite de troubles civils et de manifestations contre le gouvernement et les Nations Unies », a déclaré le porte-parole du Secrétaire général, Stéphane Dujarric, lors d'un point presse à New York. « La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) rapporte que des tirs et des incidents de pillage ont eu lieu dans plusieurs quartiers de la capitale », a-t-il précisé.

Dans un communiqué publié lundi après-midi, la MINUSCA a dénoncé avec fermeté les incidents qui ont touché certains quartiers de la capitale de la République centrafricaine et déploré qu'ils aient entrainé la mort de quatre civils et blessés 14 personnes dont cinq casques bleus.

La Mission de maintien de la paix de l'ONU en RCA appuie les efforts des autorités gouvernementales afin que des enquêtes rigoureuses soient menées sur les circonstances de ces incidents. « Les forces de sécurité gouvernementales et les soldats de l'ONU ont également été déployés pour contenir les manifestations », a indiqué M. Dujarric, précisant que la MINUSCA a renforcé ses patrouilles à Bangui pour protéger la population.

Pour la MINUSCA, les événements de lundi constituent une nouvelle tentative des ennemis de la paix pour perturber le retour à la normalité constitutionnelle en République centrafricaine, avec des institutions élues. Elle précise qu'elle s'opposera à leurs plans destinés à perturber les efforts de paix et de stabilité des autorités élues.

Dans son communiqué, la MINUSCA a également rejeté la campagne de dénigrement contre les casques bleus et a indiqué qu'elle poursuivra sa mission en RCA, conformément à son mandat. Elle a également rappelé que toute violence contre les casques bleus est passible de poursuites pénales internationales.

Lors d'une séance d'information sur la RCA organisée au siège de l'ONU le 21 octobre, le Vice-Secrétaire général de l'ONU, Jan Eliasson, avait prévenu que le risque que le conflit reprenne est bien réel, comme en témoignent les affrontements entre groupes armés qui se sont produits ces dernières semaines. « Mais nos chances de réussite en RCA sont elles aussi bien réelles, si nous investissons dans la paix et si, ensemble, nous cherchons à remédier aux causes et aux conséquences du conflit », avait-il souligné.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Centrafrique : les chances de réussite sont bien réelles « si nous investissons dans la paix », selon l'ONU

À l'occasion d'une séance d'information sur la République centrafricaine (RCA) organisée le 21 octobre, le Vice-Secrétaire général de l'ONU, Jan Eliasson, a déclaré que le pays peut désormais se concentrer sur la stabilisation, la réconciliation et la reconstruction, maintenant que le pays est sorti d'une des « pires crises de son histoire ».

Centrafrique : il faut dissuader les mercenaires pour éviter une nouvelle escalade de la violence, selon des experts

Le Groupe de travail des Nations Unies sur les mercenaires a appelé mercredi le gouvernement de la République centrafricaine (RCA) à contrer de toute urgence la menace des mercenaires et des combattants étrangers qui ont rejoint des groupes armés locaux afin d'éviter une nouvelle escalade de la violence dans le pays.