Bataille de Mossoul : le chef de l'humanitaire de l'ONU s'inquiète pour les civils

17 octobre 2016

Le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires humanitaires, Stephen O'Brien, a exprimé son extrême préoccupation concernant la sécurité de près de 1,5 million de personnes vivant à Mossoul, en Iraq, qui pourraient être affectées par les opérations militaires visant à reprendre la ville à l'organisation terroriste Etat islamique d'Iraq et du Levant (EIIL).

Le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d'urgence, Stephen O'Brien, a exprimé dimanche soir son extrême préoccupation concernant la sécurité de près de 1,5 million de personnes vivant à Mossoul, en Iraq, qui pourraient être affectées par les opérations militaires visant à reprendre la ville à l'organisation terroriste Etat islamique d'Iraq et du Levant (EIIL).

« Les familles courent un risque extrême d'être prises dans des tirs croisés ou ciblées par des tireurs embusqués », a déclaré le Secrétaire général adjoint dans une déclaration à la presse.

« Des dizaines de milliers de filles, de garçons, de femmes et d'hommes iraquiens peuvent se trouver assiégés ou détenus comme boucliers humains. Des milliers peuvent être expulsés ou emprisonnés de force », a-t-il ajouté précisant que les enfants, les femmes et les personnes handicapées et âgées sont particulièrement vulnérables. « Selon l'intensité et l'ampleur des combats, près de 1 million de personnes peuvent être contraintes de fuir leurs foyers dans le pire des scénarios », a-t-il prévenu.

M. O'Brien a renouvelé son appel à toutes les parties au conflit à respecter leurs obligations en vertu du droit international humanitaire, protéger les civils et veiller à ce que ces derniers aient accès à l'aide à laquelle ils ont droit et qu'ils méritent. « Rien n'est plus important », a-t-il dit.

« Les partenaires humanitaires vont faire tout leur possible pour soutenir les personnes qui peuvent être déplacées et affectées par cette opération militaire », a souligné le Coordonnateur des secours d'urgence indiquant que des logements sont actuellement disponibles pour 60.000 personnes dans des camps et des sites d'urgence et que la construction de sites supplémentaires pouvant accueillir 250.000 personnes est en cours. M. O'Brien a également annoncé que des rations alimentaires pour 220.000 familles, des articles ménagers d'urgence, des douches et des latrines ainsi que 240 tonnes de médicaments sont disponibles.

« Malgré les généreuses contributions des pays donateurs, le financement a été insuffisant pour se préparer pleinement au pire des scénarios », a toutefois alerté le chef de l'humanitaire de l'ONU précisant que les partenaires humanitaires ont fait de leur mieux pour se préparer le plus efficacement possible avec les ressources disponibles. « Travaillant dans des conditions parmi les plus difficiles et précaires au monde, les partenaires humanitaires feront tout leur possible pour aider autant de personnes que possible dans les jours et les semaines à venir », a-t-il conclu.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Daech, sous pression militaire, n'en reste pas moins une menace, selon l'ONU

L'État islamique d'Iraq et du Levant (Daech) et ses alliés continuent de subir d'importants revers militaires, mettant à rude épreuve leur capacité à garder le contrôle de territoires, à obtenir des fonds ou à maintenir des structures 'gouvernementales', a déclaré jeudi le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, Jeffrey Feltman.