Le HCR se félicite de la décision de la France de fermer la « jungle » de Calais

14 octobre 2016

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) s'est félicité vendredi de la décision annoncée par le Président français François Hollande ce mois-ci que le camp informel pour les réfugiés et les migrants à Calais, appelé la « jungle », serait fermé dans les prochains jours et que la population du camp serait transférée vers des centres où une aide appropriée leur sera fournie.

« Cette décision est bienvenue. Selon les autorités de Calais, environ 6.000 personnes vivent dans le camp. Il est essentiel qu'elles soient relocalisées de façon organisée et planifiée, et que des solutions pour un hébergement décent leur soit trouvées en France. Les personnes devront être informées préalablement au sujet du démantèlement du camp et les demandeurs d'asile, suffisamment informés pour pouvoir accéder rapidement aux procédures d'asile », a dit un porte-parole du HCR, Adrian Edwards, lors d'un point de presse à Genève.

Selon l'agence onusienne, il est également essentiel de porter une attention spécifique à plus de 1.200 enfants non accompagnés ou séparés se trouvant aujourd'hui dans la « jungle ». « Leur intérêt supérieur doit être pris en compte, en préparant tout particulièrement leur transfert vers des centres de réception spécifiques afin d'assurer leur sécurité et leur bien-être après la fermeture du site de Calais », a dit le porte-parole.

Selon lui, il est important que ces enfants ne quittent pas les lieux par eux-mêmes en risquant d'être exploités par des passeurs ou de vivre dans la rue sans aucun soutien. Des mesures renforcées pour la réunification familiale avec des proches se trouvant en Europe doivent être mises en œuvre comme, par exemple, pour les 200 enfants non accompagnés se trouvant à Calais et identifiés comme ayant des proches au Royaume-Uni.

La « jungle » pose des problèmes depuis des années et le HCR a recommandé sa fermeture depuis longtemps déjà. « Les conditions de vie y sont déplorables, avec des abris de fortune, des infrastructures d'hygiène insuffisantes, des conditions d'insécurité et une pénurie de services essentiels », a déclaré le porte-parole.

Le HCR a félicité les autorités françaises d'avoir pratiquement doublé ces dernières années l'espace disponible dans les centres d'accueil pour les demandeurs d'asile en France, et a exhorté également le gouvernement à continuer d'augmenter le nombre des places.

Selon l'agence, un nombre de 20.000 places supplémentaires devrait assurer à tous les demandeurs d'asile et les réfugiés de bénéficier d'un hébergement décent pendant l'examen de leur demande d'asile.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

France : le HCR préoccupé par le sort des réfugiés et migrants à Calais et Dunkerque

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a fait part vendredi de sa préoccupation concernant les conditions dans lesquelles vivent les réfugiés et les migrants à Calais et à Dunkerque, dans le nord de la France, en particulier les enfants.