L'OMS appelle à taxer les boissons sucrées pour lutter contre l'obésité

11 octobre 2016

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a appelé mardi les gouvernements à travers le monde à taxer les boissons sucrées afin de combattre l'obésité, estimant que cela pourrait réduire la consommation de ces produits.

Les politiques fiscales qui conduisent à une augmentation d'au moins 20% du prix de vente des boissons sucrées entraîneraient une réduction proportionnelle de la consommation de ces produits, d'après un rapport de l'OMS intitulé « Les politiques fiscales pour l'alimentation et la prévention des maladies non transmissibles (MNT) ».

Une réduction de la consommation de boissons sucrées signifie une consommation plus faible de sucre et de calories dans l'ensemble, une amélioration de la nutrition et une réduction du nombre de personnes souffrant de surpoids, d'obésité, de diabète et de caries dentaires.

La consommation de sucre et en particulier de boissons sucrées « est un facteur important dans l'augmentation de personnes souffrant d'obésité et de diabètes à travers le monde », déclaré le Dr Douglas Bettcher, le Directeur du département de la prévention des maladies non transmissibles au sein de l'OMS.

« Si les gouvernements imposent une taxe sur des produits comme les boissons sucrées, ils peuvent réduire les souffrances et sauver des vies. Ils peuvent aussi réduire les coûts des soins de santé », a-t-il ajouté.

A l'échelle mondiale, le nombre de cas d'obésité a doublé entre 1980 et 2014. En 2014, plus d'un adulte sur trois était en surpoids, dont plus de 600 millions étaient obèses. En 2015, 42 millions d'enfants de moins de 5 ans étaient en surpoids ou obèses.

Dans le même temps, le nombre d'adultes souffrant de diabète a explosé, passant de 108 millions en 1980 à 422 millions en 2014. Cette maladie a été directement responsable de 1,5 million de décès rien qu'en 2012.

« D'un point de vue nutritionnel, les gens n'ont pas besoin de sucre dans leur alimentation. L'OMS recommande que si les gens consomment du sucre, ils gardent leur consommation en dessous de 10% de leurs besoins énergétiques totaux », explique le Dr Francesco Branca, Directeur du département de la nutrition pour la santé et le développement à l'OMS. « Cela équivaut à moins de 250 ml de boissons sucrées couramment consommées par jour ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Asie du sud-est : l'OMS développe un plan d'action pour lutter contre la malnutrition

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a appelé mercredi à une approche globale pour lutter contre la malnutrition qui touche les populations à travers l'Asie du sud-est, en particulier les femmes et les filles.