Syrie : deux projets de résolution rejetés au Conseil de sécurité

8 octobre 2016

Alors que les combats continuent à Alep, en Syrie, les membres du Conseil de sécurité de l'ONU ne sont pas parvenus samedi à se mettre d'accord sur deux projets de résolution ayant pour objectif de mettre fin au conflit.

Le premier projet de résolution soumis au vote par la France et l'Espagne lors d'une réunion du Conseil samedi a été rejeté en raison du veto de la Russie, membre permanent du Conseil de sécurité. Ce texte appelait à la cessation des bombardements à Alep.

Au total, cette résolution a obtenu 11 voix pour, 2 contre et 2 abstentions.

Le deuxième projet de résolution soumis au vote samedi par la Russie a également été rejeté car n'ayant pas obtenu suffisamment de votes favorables. Au total, le texte a obtenu 4 voix pour, 9 contre et 2 abstentions. Ce texte appelait à une cessation des hostilités mais sans demander spécifiquement un arrêt des bombardements à Alep.

Jeudi, l'Envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, a prévenu que la partie orientale de la ville d'Alep pourrait être complètement détruite d'ici la fin de cette année si les bombardements, les combats et les destructions continuaient au rythme actuel.

« A ce rythme, au maximum dans deux mois, deux mois et demi, la partie orientale de la ville d'Alep pourrait être totalement détruite. Nous parlons de la vieille ville, en particulier. Et des milliers de civils syriens, pas des terroristes, seront tués, et beaucoup d'entre eux blessés », a dit M. de Mistura.

Face à la tragédie à Alep, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, a estimé pour sa part cette semaine qu'il fallait prendre des mesures audacieuses, y compris en limitant l'utilisation du veto par les membres permanents du Conseil de sécurité.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Syrie : le chef de l'humanitaire de l'ONU demande « d'arrêter le carnage » à Alep

Le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d'urgence, Stephen O'Brien, s'est dit profondément alarmé par la destruction barbare que subit l'est de la ville syrienne d'Alep où environ 275.000 personnes sont assiégées.