Les civils dans l'est de l'Ukraine confrontés à des difficultés pour traverser la ligne de contact, selon le HCR

30 septembre 2016

De fortes restrictions sur les mouvements de populations dans l'est de l'Ukraine ont créé des difficultés alarmantes et limité l'accès des milliers de personnes, y compris les personnes âgées, aux soins de santé et aux prestations sociales, a souligné vendredi le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

L'agence onusienne a appelé les autorités à aider à soulager la détresse de quelque 26.000 personnes qui franchissent quotidiennement la ligne de contact entre les zones contrôlées et celles non contrôlées par le gouvernement ukrainien.

« Ces habitants font face à des procédures épuisantes et souvent abusives, y compris devoir attendre de longues heures pour pouvoir traverser et rendre visite à leurs proches, acheter des produits de première nécessité et des médicaments ou résoudre des problèmes administratifs afin d'obtenir le versement de leurs pensions de retraite et autres prestations », a dit un porte-parole du HCR, William Spindler, lors d'un point de presse à Genève.

Les longues files d'attente demeurent la principale préoccupation des personnes qui franchissent la ligne de contact. Elles subissent ensuite de longues vérifications administratives et de sécurité par un personnel limité en nombre. Plus de la moitié des personnes qui voyagent en voiture ont déclaré qu'il est presque impossible de remplir les formalités en une seule journée et qu'elles ont dû passer la nuit au moins une fois à un point de passage.

Selon une enquête du HCR, une personne sur quatre tentant de traverser était une personne extrêmement vulnérable. Cette catégorie comprend les personnes handicapées, les personnes âgées, les personnes souffrant d'une maladie grave et des femmes voyageant seules et accompagnées d'enfants.

Les gens font la queue pour traverser sans installations d'attente appropriées comme, par exemple, un abri contre la pluie ou le soleil et il n'y a aucun soutien médical d'urgence. Plusieurs décès ont été signalés cet été et la situation sera certainement plus alarmante encore avec l'arrivée de l'hiver. Les installations pour la distribution d'eau potable et pour l'assainissement sont en nombre insuffisant pour les personnes dans les files d'attente.

D'après les résultats des suivis, le HCR avait installé cet été des abris pour protéger les personnes de la pluie et du soleil à tous les points de passage ouverts dans l'est de l'Ukraine. « Nos équipes travaillent à fournir des solutions en matière de transport pour les villages reculés des deux côtés de la ligne de contact et qui sont touchés par le conflit en cours », a dit le porte-parole.

Selon le HCR, malgré le cessez-le-feu signé en 2015, la situation sécuritaire dans l'est de l'Ukraine demeure tendue et instable. Les hostilités se poursuivent, et les personnes qui attendent de traverser la ligne de contact risquent d'être blessées par des bombardements ou la présence de mines terrestres et de débris de guerre explosifs.

De nombreux villages sont désormais isolés car les liaisons régulières de transport ont été interrompues en raison des bombardements. « Il est nécessaire de rétablir d'urgence des lignes de bus pour assurer que les personnes vulnérables, représentant plus de 40% des personnes passant la ligne de contact, puissent la traverser », a déclaré M. Spindler.

Au cours de l'enquête menée par le HCR, des civils ont également évoqué leur inquiétude concernant la corruption présumée aux points de contrôle et les fermetures de points de contrôle à plusieurs occasions en raison de bombardements.

Le HCR a appelé les autorités à faciliter et simplifier les procédures aux points de passage. « Les autorités doivent veiller à établir davantage de points d'enregistrement - équipés de caméras afin de prévenir les pratiques abusives - et à déployer du personnel féminin à tous les points de contrôle », a dit le porte-parole, ajoutant que le HCR travaille sur un ensemble de mesures visant à améliorer la situation ainsi qu'à accélérer la procédure et prévoit une ligne de bus pour que les personnes vulnérables puissent traverser la ligne de contact avec moins d'obstacles des deux côtés.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Ukraine : des experts sur la torture notent des progrès concernant les conditions de détention

A l'issue d'une visite du 5 au 9 septembre en Ukraine, des experts du Sous-Comité des Nations Unies sur la prévention de la torture ont déclaré lundi avoir noté des progrès concernant les conditions de détention dans le pays.