Journée du tourisme : l'ONU met l'accent sur l'accessibilité pour tous

27 septembre 2016

A l'occasion de la Journée mondiale du tourisme, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a salué les contributions économiques de l'industrie du tourisme tout en appelant les décideurs et professionnels du secteur à « éliminer tous les barrières mentales et physiques qui empêchent de voyager ».

A l'occasion de la Journée mondiale du tourisme dont le thème cette année est « Promouvoir l'accessibilité universelle en faveur d'un tourisme pour tous », le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a salué les contributions économiques de l'industrie du tourisme tout en appelant les décideurs et professionnels du secteur à « éliminer tous les barrières mentales et physiques qui empêchent de voyager ».

« Avec près de 1,2 milliard de personnes voyageant à l'étranger chaque année, le tourisme est aujourd'hui un secteur économique puissant, un sauf-conduit vers la paix et la prospérité et un vecteur de transformation qui améliore la vie de millions de personnes », s'est félicité le chef de l'ONU dans un message diffusé mardi.

« Toute personne a droit d'accéder aux loisirs et au tourisme dans des conditions d'égalité », a déclaré M. Ban rappelant toutefois que dans le monde, un milliard de personnes handicapées, ainsi que des jeunes enfants, des personnes âgées et toute autre personne ayant des difficultés à se déplacer, doivent encore affronter des obstacles pour pouvoir accéder aux éléments fondamentaux du voyage, comme des informations claires et fiables, des transports et des services publics efficaces et un environnement physique dans lequel il est facile de se déplacer.

« Dans de nombreux lieux touristiques, rien n'est fait pour accueillir les malvoyants, les malentendants, les personnes à mobilité réduite et celles souffrant de troubles cognitifs, en dépit des technologies modernes », a-t-il dit, soulignant que l'accessibilité est à la fois un marché potentiel important et un aspect primordial de toute politique du tourisme et stratégie de développement économique qui se veut responsable et durable.

Credit: UNWTO

Le Secrétaire général de l'Organisation mondiale du tourisme (OMT), Taleb Rifai, s'est fait l'écho des propos de M. Ban en appelant le monde à ne pas oublier que le voyage demeure toujours une rude épreuve pour beaucoup de personnes et que les obstacles au voyage représentent tout autant de freins au dialogue interculturel.

« On estime que 15% de la population mondiale vit avec une forme ou une autre de handicap, ce qui revient à dire que la chance de connaître d'autres cultures, de contempler la nature dans toute sa splendeur et de vibrer à l'aube d'un voyage de découverte de nouveaux paysages et de nouveaux sites peut ne pas être à la portée d'un milliard de personnes environ », a déclaré M. Rifai dans un message à l'occasion de la journée.

Pour le Secrétaire général de l'OMT, l'accessibilité pour tous doit donc figurer au cœur même des politiques touristiques et des stratégies commerciales. « Non seulement parce qu'elle constitue un droit humain, ce qui est déjà important en soi, mais aussi parce qu'elle représente un marché potentiel solide et une grande opportunité commerciale », a-t-il souligné.

« Nous demandons donc instamment à tous les pays et à toutes les destinations, ainsi qu'à tous les acteurs du secteur, de veiller à ce que l'environnement physique, les systèmes de transport, les installations et services publics et les circuits d'information et de communication soient accessibles à tous », a conclu M. Rifai.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Une culture de la paix est cruciale pour le développement durable, selon le Président de l'Assemblée générale

A l'occasion d'un forum de haut niveau sur la culture de la paix jeudi au siège de l'ONU à New York, le Président de l'Assemblée générale des Nations Unies, Mogens Lykketoft, a estimé que cette culture de la paix était cruciale pour le développement durable.