RDC : l'ONU, l'UA, l'UE et la Francophonie demandent au gouvernement de rester engagé dans le processus de dialogue

24 septembre 2016

Les Nations Unies (ONU), l'Union africaine (UA), l'Union européenne (UE) et l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) ont exprimé leurs graves préoccupations suite aux violents incidents survenus récemment à Kinshasa et ailleurs en République démocratique du Congo (RDC), où des manifestants et les forces de sécurité se sont affrontés, entraînant des pertes en vies humaines.

Dans une déclaration conjoint publié samedi, les quatre organisations partenaires lancent un appel à tous les acteurs politiques de la RDC, y compris la majorité présidentielle et l'opposition politique, afin qu'ils fassent preuve de retenue dans leurs actions et déclarations et qu'ils exhortent leurs partisans à renoncer à la violence. Ils invitent également les autorités de la RDC à promouvoir et protéger les droits de l'homme et à respecter les libertés fondamentales consacrés dans la Constitution, y compris lors de manifestations publiques.

« Toutes les parties prenantes, y compris les fonctionnaires des institutions judiciaires et de sécurité, ont la responsabilité d'agir dans le strict respect de la loi et des droits de l'homme, et devront faire face aux conséquences de leurs actes en cas de manquement », ont-ils précisé.

Tout en restant déterminés à continuer de soutenir le dialogue national en cours, les quatre organisations partenaires rappellent que seul un dialogue inclusif mené avec le plus grand nombre d'acteurs politiques ouvrira la voie à des élections pacifiques et crédibles, conformément à la Constitution de la RDC et la résolution 2277 (2016) du Conseil de sécurité de l'ONU.

Les quatre organisations partenaires demandent au gouvernement de la RDC de rester engagé dans le processus de dialogue, y compris en continuant de prendre des mesures visant à créer un climat de confiance. Elles encouragent également les groupes politiques qui ne font pas partie des négociations en cours à jouer un rôle constructif en vue de contribuer à la tenue d'élections crédibles le plus tôt possible.

Vendredi, le Ministre des affaires étrangères de la RDC, Raymond Tshibanda N'tungamulongo, a affirmé lors du débat général de l'Assemblée générale de l'ONU qu'en dépit du retard enregistré dans leur préparation, les élections générales initialement prévues pour la fin de cette année seront bel et bien organisées, « aussitôt que les conditions techniquement le permettront ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

RDC : des experts de l'ONU condamnent une nouvelle répression violente des manifestations

Deux experts des droits de l'homme des Nations Unies ont exhorté vendredi le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) à mettre immédiatement fin à l'usage disproportionné de la force contre l'exercice des libertés de réunion pacifique et d'expression dans le pays.