La Corée du Nord affirme sa volonté de poursuivre ses activités nucléaires

23 septembre 2016

Le Ministre des affaires étrangères de Corée du Nord, Ri Yong-ho, a justifié vendredi les récents essais nucléaires de son pays, en les présentant comme des mesures de précaution contre les « menaces nucléaires constantes » des Etats-Unis, et a assuré qu'ils se poursuivraient.

Dans un discours devant l'Assemblée générale des Nations Unies, il a également vivement dénoncé les exercices militaires conjoints « provocants et agressifs » auxquels se livrent régulièrement les Etats-Unis et la Corée du Sud.

La République populaire démocratique de Corée (RPDC) « n'a pas eu d'autre choix que de choisir l'option nucléaire après avoir fait tout ce qui était possible pour défendre sa sécurité nationale face aux menaces nucléaires constantes des Etats-Unis qui se poursuivent depuis les années 1950 », a déclaré M. Ri.

« Notre décision de renforcer notre armement nucléaire est une mesure justifiée d'auto-défense pour nous protéger des menaces nucléaires constantes des Etats-Unis », a-t-il ajouté.

Il a rejeté la résolution 2270 du Conseil de sécurité qui qualifie de « menace pour la paix et la sécurité internationale » les activités nucléaires et balistiques nord-coréennes.

« La RPDC continuera à prendre des mesures pour renforcer ses forces armées nucléaires nationales, à la fois en quantité et en qualité, afin de défendre sa dignité et son droit à l'existence et de sauvegarder la paix véritable face à la menace croissante de guerre nucléaire des Etats-Unis », a-t-il insisté.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le Japon appelle à une réponse inédite face à la Corée du Nord

Le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, a accusé la Corée du Nord de poser une menace directe pour la paix et a appelé la communauté internationale à trouver une réponse inédite à cette situation, dans un discours mercredi devant l'Assemblée générale des Nations Unies.