La Palestine dénonce la poursuite des colonies de peuplement israéliennes

22 septembre 2016

Le Président de l'Etat de Palestine, Mahmoud Abbas, a vivement critiqué jeudi la politique d'Israël dans les territoires palestiniens occupés, dénonçant tout particulièrement la poursuite des colonies de peuplement israéliennes.

« Nous restons engagés par les accords conclus avec Israël depuis 1993 », a déclaré M. Abbas dans un discours devant l'Assemblée générale des Nations Unies. « Mais Israël doit honorer sa part de ces engagements et agir afin de résoudre toutes les questions relatives au statut » des Palestiniens et « cesser toutes ses activités de peuplement, ainsi que ses agressions contre nos villes, nos villages et nos camps de réfugiés ».

« Nous n'accepterons jamais la perpétuation de la situation actuelle », a affirmé M. Abbas.

Rappelant que les accords d'Oslo de 1993 prévoyaient la fin de l'occupation des territoires et la création d'un Etat palestinien indépendant dans les cinq ans, il a déclaré : « Mais Israël est revenu sur les engagements qu'il avait signés et, jusqu'à ce jour, persiste avec son occupation et continue d'étendre son entreprise de peuplements illégaux, ce qui compromet la réalisation de la solution à deux Etats suivant le tracé des frontières d'avant 1967 ».

« Israël veut-il un seul Etat ? », a-t-il lancé.

M. Abbas a déploré que 12 résolutions du Conseil de sécurité condamnant l'installation de colonies de peuplement dans les territoires occupés depuis 1967 n'aient pas été suivies d'effet, ce qui, a-t-il estimé, encourage Israël à continuer.

Le dirigeant palestinien a souhaité l'organisation d'une Conférence internationale de paix, suivant une proposition de la France. « Nous espérons que tous les Etats du monde appuieront la tenue de cette conférence internationale de paix avant la fin de cette année », a-t-il dit. « S'il n'y a ni conférence internationale, ni négociations directes, comment pouvons-nous parvenir à la paix ? », a-t-il demandé.

M. Abbas a réaffirmé qu'il ne serait « pas possible de vaincre le terrorisme et l'extrémisme et de parvenir à la sécurité et à la stabilité dans la région sans qu'il soit mis fin à l'occupation de la Palestine par Israël et sans assurer la liberté et l'indépendance du peuple palestinien ».

Il a conclu en appelant les représentants des 193 Etats membres de l'ONU à déclarer 2017 « Année internationale de la cessation de l'occupation israélienne ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Israël et Palestine : l'ONU estime que la solution des deux États est aujourd'hui menacée

Lors d'une réunion jeudi du Conseil de sécurité consacrée au Moyen-Orient, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a averti que la solution des deux États, israélien et palestinien, court le risque d'être remplacée par une situation où il y aurait seul État avec une occupation et une violence perpétuelles.