L'Afghanistan accuse le Pakistan d'abriter des terroristes et prend à témoin la communauté internationale

21 septembre 2016

L'Afghanistan a accusé mercredi son voisin le Pakistan d'abriter des terroristes et a appelé la communauté internationale à prêter une attention particulière à cette situation.

« Nous appelons la communauté internationale à prêter une attention particulière à l'élimination des sanctuaires terroristes situés hors de notre pays », a déclaré le Second vice-président afghan, Sarwar Danesh, à la tribune de l'Assemblée générale des Nations Unies.

« Nous exhortons les Etats à mettre honnêtement en œuvre leurs engagements internationaux dans la lutte contre le terrorisme et à éviter de recourir à la double politique qui consiste à faire une distinction entre bons et mauvais terroristes », a-t-il poursuivi. Il a estimé à « plus de dix » le nombre de groupes terroristes « envoyés de l'extérieur en Afghanistan dans le but de faire obstacle aux efforts de consolidation de l'Etat et d'empêcher le rétablissement de la paix et de la stabilité ».

« Nous vous demandons : où résidaient les anciens dirigeants des Talibans et d'Al Qaïda et où ont-ils été tués ? », a-t-il lancé à l'adresse des représentants des 193 Etats membres de l'ONU. « A l'instant même, où sont les chefs des Talibans et du réseau Haqqani ? Quelle est la provenance de la formation des terroristes, de leur équipement et de leur financement lorsqu'ils se livrent à une guerre totale ? »

« Nous avons demandé à maintes reprises à notre voisin, le Pakistan, de détruire les sanctuaires connus de terroristes mais, malheureusement, nous ne voyons toujours pas de changement dans la situation », a ajouté M. Danesh.

Rappelant plusieurs attentats terroristes commis récemment en Afghanistan, notamment l'attaque d'un rassemblement pacifique sur une place de Kaboul et celle perpétrée contre l'Université américaine d'Afghanistan, il a affirmé : « Selon les éléments de preuve existants, ces attentats ont été préparés et organisés de l'autre côté de la Ligne Durand, en territoire pakistanais ».

L'Afghanistan « a toujours désiré avoir des relations pacifiques avec tous les pays de la région. Mais le gouvernement d'unité nationale se réserve le droit de faire tout ce qui sera nécessaire pour la défense et la protection de notre peuple », a averti M. Danesh.

Il a rappelé que son gouvernement gardait ouverte la porte des négociations avec les éléments des Talibans et d'autres groupes armés qui sont désireux de renoncer à la violence et d'adhérer à la Constitution du pays. Kaboul estime que le Groupe quadrilatéral de coordination, composé de l'Afghanistan, de la Chine, des Etats-Unis et du Pakistan, peut demeurer une plateforme utile pour poursuivre les efforts de paix, « pour peu que le gouvernement du Pakistan agisse de bonne foi et remplisse ses obligations dans le cadre des paramètres adoptés dans la 'Feuille de route' établie par ce Groupe.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.