La Colombie proclame la fin de son conflit avec les FARC et invite les pays en guerre à négocier pour la paix

21 septembre 2016

Le Président colombien, Juan Manuel Santos Calderon, a solennellement proclamé mercredi la paix en Colombie et, de fait, sur tout le continent américain, et a invité les pays où la guerre fait rage à trouver eux aussi le chemin de la paix par la négociation.

« Après plus d'un demi-siècle de conflit armé interne, je reviens aujourd'hui aux Nations Unies, en cette Journée internationale de la paix, pour annoncer, avec toute la force de ma voix et de mon cœur : la guerre en Colombie a pris fin », a déclaré M. Santos Calderon devant l'Assemblée générale des Nations Unies.

L'accord de paix intervenu en août à La Havane (Cuba) entre le gouvernement colombien et les FARC (Forces armées révolutionnaires de Colombie), le plus ancien et le plus important groupe rebelle d'Amérique du sud, sera officiellement signé à Carthagène le 26 septembre et le peuple colombien le ratifiera dans un plébiscite le 2 octobre, a-t-il précisé.

Après quoi, les anciens membres de la guérilla se dirigeront vers des lieux de rassemblement où, lors d'une période de six mois, ils remettront leurs armes aux Nations Unies et commenceront leur processus de réinsertion dans la société colombienne, a ajouté M. Santos Calderon. Les armes seront fondues et serviront à construire trois monuments à la paix, un à New York, un à Cuba où se sont déroulées les négociations et un en Colombie, a-t-il encore indiqué.

« Ces monuments nous rappelleront que le temps des balles de fusil est terminé et que l'édification d'un pays nouveau et meilleur a commencé », a-t-il déclaré.

« L'Amérique, ce vaste continent avec toutes ses îles, de la Patagonie à l'Alaska, est désormais une zone de paix ».

Le Président colombien a précisé qu'aux termes de l'accord, les FARC cesseront d'exister en tant que groupe armé, réintégreront la société et pourront devenir un mouvement politique dans le cadre de la démocratie.

Il a souligné que le gouvernement avait accepté de donner davantage de garanties à l'opposition et de renforcer la démocratie et le système électoral en Colombie. Il a également promis l'amélioration du sort des paysans colombiens, principales victimes du conflit, ainsi qu'un processus d'établissement de la vérité et de réparation des torts. Les responsables de crimes internationaux feront l'objet d'enquêtes et de poursuites judiciaires, a-t-il affirmé.

« C'est la première fois dans l'histoire de la résolution des conflits armés dans le monde qu'un gouvernement et un groupe armé illégal se mettent d'accord sur un processus de justice transitionnelle sans que celui-ci soit imposé de l'extérieur », a-t-il affirmé.

M. Santos Calderon a également souligné que l'accord de paix permettra de combattre les trafics de drogues, les membres des FARC ayant accepté de couper tous leurs liens avec ces activités et de coopérer avec le gouvernement dans ce domaine ainsi que dans le déminage des anciennes zones de conflit.

L'accord de paix permettra aussi de préserver l'environnement avec la fin attendue de la déforestation causée par les plantations de coca, a-t-il dit. Enfin, les ressources précédemment consacrées au conflit seront désormais réorientées vers l'éducation, la santé et la sécurité des Colombiens.

Le Président colombien a exprimé sa gratitude aux pays qui ont soutenu le sien durant toutes ces années et a souhaité que le reste de la planète accède aussi à la paix. « La Colombie donne espoir au monde en montrant qu'il est possible de réaliser le rêve de la paix pour peu qu'on en ait la volonté », a-t-il affirmé.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.