La Tunisie se dit déterminée à faire face à toute tentative de retour en arrière

21 septembre 2016

Le Président de la Tunisie, Béji Caïd Essebsi, a déclaré mardi que son pays accordait une importance majeure au respect de l'état de droit et restait déterminé à faire face à toute tentative de retour en arrière.

« La Tunisie passe par une expérience unique sur la voie de la construction démocratique sur la base de l'accord national comme unique moyen pour sortir des divergences d'opinions politiques », a expliqué le Président tunisien à l'ouverture du débat général de l'Assemblée générale des Nations Unies.

Selon lui, parmi les jalons importants de ces cinq dernières années, figure le fait que la Tunisie s'est dotée d'une nouvelle Constitution contemporaine et qu'elle a organisé des élections législatives et présidentielle transparentes et justes. M. Caïd Essebsi s'est dit confiant que « la Tunisie est aujourd'hui plus capable qu'auparavant de relever les défis qu'elle connaît ».

Néanmoins, malgré les accomplissements notables de l'expérience démocratique tunisienne, le pays a toujours besoin de pouvoir compter sur le soutien de la communauté internationale et de ses partenaires de développement compte tenu de la réalité économique difficile et des risques sécuritaires qui persistent dans la région, a affirmé son Président.

Pour ce qui est de la situation politique dans le pays, il a expliqué qu'il a fallu lancer une initiative ambitieuse en vue de satisfaire les besoins des Tunisiens, à savoir la nomination du nouveau gouvernement d'union nationale dont les priorités sont la lutte contre la corruption, la création d'emplois et la lutte contre le terrorisme.

Cette initiative a joui du soutien élargi des partis politiques tunisiens et a débouché sur la nomination d'un nouveau Premier Ministre, Youssef Chahed, et d'un Cabinet qui garantit une place significative aux femmes et aux jeunes.

Aux vues des circonstances régionales difficiles, notamment la présence du terrorisme, le Président tunisien a demandé un soutien robuste aux partenaires de la Tunisie pour lui permettre d'y faire face. Il a également annoncé la tenue, les 29 et 30 novembre 2016, d'une Conférence internationale en Tunisie qui a pour objectif de soutenir l'investissement. « Il s'agit d'une opportunité de confirmer l'appui des amis de la Tunisie dans cette phase critique », a-t-il dit.

Abordant la situation complexe dans la région arabe, marquée par le terrorisme et le crime organisé, il a affirmé que la sécurité de cette région du monde est partie prenante de la sécurité dans le monde, et, par conséquent, il est urgent de trouver des solutions durables aux crises qu'elle traverse, y compris à la question palestinienne.

Pour ce qui est de la crise libyenne, un pays ou l'insécurité et l'instabilité persistent, M. Caïd Essebsi a réaffirmé l'attachement de son gouvernement à la stabilisation de la situation qui déborde souvent sur le territoire tunisien et a réaffirmé son appui au gouvernement d'entente nationale libyen et à ses efforts en vue du rétablissement de la sécurité et du développement.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

A Tunis, Ban Ki-moon se félicite des progrès démocratiques de la Tunisie

Alors qu'il se trouvait en visite dans la capitale tunisienne lundi, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, s'est félicité des progrès démocratiques réalisés par ce pays et a réitéré le soutien des Nations Unies au peuple et au gouvernement tunisien.