L'AIEA construit un laboratoire pour lutter contre les moustiques qui propagent le virus Zika

19 septembre 2016

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a annoncé lundi avoir commencé la construction d'un nouveau laboratoire qui lui permettra d'intensifier ses efforts pour aider les pays à utiliser des techniques nucléaires permettant de contrôler les insectes nuisibles, dont les moustiques qui propagent le virus Zika et d'autres maladies.

La construction fait partie de la Rénovation des laboratoires des applications nucléaires (ReNuAL), un projet destiné à remettre à niveau les huit laboratoires de Département des sciences et des applications nucléaires de l'AIEA à Seibersdorf, en Autriche, qui a ouvert ses portes en 1962.

Ces laboratoires jouent un rôle essentiel dans les activités de l'AIEA pour assister les pays avec l'utilisation pacifique de la science et de la technologie nucléaires dans des domaines comme la santé humaine et animale, la sécurité alimentaire et la protection de l'environnement.

« ReNuAL est l'un des projets les plus importants dans les 60 ans de l'histoire de l'Agence », a dit le Directeur général de l'AIEA, Yukiya Amano.

« Ces laboratoires sont uniques au sein du système des Nations Unies en fournissant aux États membres un accès direct à une formation scientifique, aux technologies et à des services analytiques. Plus de 150 de nos États membres en bénéficient », a-t-il ajouté.

M. Amano a précisé que le travail effectué dans ces laboratoires suscite une forte demande et une fois que ces laboratoires seront modernisés, la capacité de l'agence à répondre aux besoins des États membres augmentera de manière significative.

La construction d'un nouveau laboratoire pour lutter contre les insectes nuisibles, devrait être achevée d'ici la fin de 2017. Ce laboratoire est chargé de l'élaboration et de l'application de la technique de l'insecte stérile (TIS).

Développé conjointement avec l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), cette méthode écologique a été utilisée avec succès depuis des décennies pour lutter contre les mouches à fruits et les parasites du bétail, comme la lucilie bouchère et la mouche tsé-tsé.

La technique est également en développement pour les moustiques qui transmettent des maladies, comme les espèces qui propagent des virus tels que Zika, la dengue et le chikungunya. L'AIEA et la FAO travaillent pour améliorer la méthode de préparation des essais pilotes dans différentes parties du monde.

« Je suis heureux que l'objectif de financement ait été atteint et que la construction du nouveau laboratoire pour la lutte contre les insectes a maintenant commencé. Je suis profondément reconnaissant à tous les États membres qui ont contribué à cet engagement crucial », a dit le Directeur général adjoint de l'AIEA pour les sciences et applications nucléaires, Aldo Malavasi.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le virus Zika constitue toujours une urgence de santé publique de portée internationale, selon l'OMS

Suivant les recommandations de son Comité d'urgence sur le virus Zika et la microcéphalie, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé vendredi la prorogation du statut d'urgence de santé publique de portée internationale (USPPI) en lien avec le virus.