L'UNICEF lance une « machine à remonter le temps » pour mettre en lumière le manque de données sur les enfants

14 septembre 2016

Pour mettre en lumière le manque de données sur les enfants, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, et le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) devaient lancer mercredi après-midi une « machine à remonter le temps » au siège de l'Organisation à New York.

Pour mettre en lumière le manque de données sur les enfants, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, et le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) ont lancé mercredi une « machine à remonter le temps » au siège de l'Organisation à New York.

La « machine à remonter le temps » utilise l'art pour afficher des données, en traduisant des souvenirs d'enfance sous forme sonore. Elle donnera aux participants de l'Assemblée générale de l'ONU, entre le 14 et le 30 septembre, l'opportunité de comprendre les données sur les enfants actuellement disponibles et les domaines où il y a des lacunes.

« Bien trop souvent, les gens laissés pour compte ne sont pas comptés », a déclaré le Secrétaire général. « Et si vous n'êtes pas compté, Vous ne comptez pas. Vous n'êtes pas vu. Vous n'existez pas », a-t-il ajouté rappelant que lorsque les dirigeants du monde ont adopté le Programme pour le développement durable à l'horizon 2030 et ses 17 objectifs de développement durable, ils ont promis de ne laisser personne derrière.

« Des données de qualité ne suffiront pas à changer la vie des gens », a dit M. Ban. « Mais être compté rend tout le monde visible, ce qui est une première chose, et cet acte de reconnaissance permet de répondre à leurs besoins et de faire progresser leurs droits », at-il ajouté.

« Disposer de bonnes données est essentielle pour prendre de bonnes décisions. Pour faire compter chaque enfant, nous allons faire en sorte que chaque enfant soit compté », a conclu le Secrétaire général.

Dans un communiqué de presse, l'UNICEF a appelé les dirigeants mondiaux à investir dans de meilleures données sur les enfants et a averti que des données suffisantes ne sont disponibles que pour la moitié des indicateurs concernant les enfants inscrits dans les Objectifs de développement durable (ODD).

« Le monde est déterminé à éliminer l'extrême pauvreté chez les enfants d'ici 2030 et d'atteindre en priorité les personnes laissées de côté. Si nous voulons réussir à atteindre ces objectifs ambitieux, nous avons d'abord besoin de données qui nous disent qui sont ces enfants, où ils vivent et de quoi ils ont besoin », a déclaré le Directeur de la Division des données, de la recherche et de la politique de l'UNICEF, Jeffrey O'Malley.

L'UNICEF soutient activement les pays dans la collecte, l'analyse et la communication des données sur les progrès accomplis depuis plus de 30 ans concernant les enfants.

Dans le cadre de ces efforts, l'UNICEF continuera de soutenir la collecte directe des données au moyen d'enquêtes auprès des ménages et d'explorer comment les nouveaux outils technologiques peuvent aider à combler les lacunes.

L'UNICEF lance une « machine à remonter le temps » pour mettre en lumière le manque de données sur les enfants

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Deux enfants sur cinq ne vont pas à l'école dans 10 pays ayant les taux de scolarisation les plus faibles, selon l'UNICEF

Dans les 10 pays affichant les pourcentages d'enfants n'ayant pas accès à l'éducation primaire les plus élevés, près de 2 enfants sur 5, soit 18 millions, ne sont pas scolarisés, selon un rapport du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) publié jeudi.