Le Conseil de sécurité demande à la communauté internationale de continuer à aider l'Afghanistan

14 septembre 2016

A l'occasion d'une réunion consacrée à la situation en Afghanistan, le Conseil de sécurité a réaffirmé mercredi son soutien au gouvernement afghan et a demandé à la communauté internationale de poursuivre ses efforts et ses actions en faveur du développement de ce pays.

« Le Conseil souligne l'importance des progrès accomplis par l'Afghanistan et demande à toutes les parties politiques d'œuvrer de concert afin d'assurer un avenir pacifique et prospère pour le peuple afghan », ont déclaré les membres du Conseil de sécurité dans une déclaration publiée par sa présidence.

Cette déclaration intervient alors qu'une conférence sur l'Afghanistan se tiendra le 5 octobre à Bruxelles et sera coparrainée par l'Union européenne et le gouvernement afghan.

Le Conseil de sécurité « demande à la communauté internationale de poursuivre ses efforts civils et ses actions en faveur du développement pour aider le gouvernement et le peuple afghans, conformément au Cadre de responsabilité mutuelle en vue de l'autonomie, afin de renforcer la prise en main et la direction du pays par les Afghans ».

Les membres du Conseil se sont déclarés de nouveau préoccupés par l'état de sécurité en Afghanistan et ont condamné les activités terroristes perpétrées par les Taliban, y compris le Réseau Haqqani, ainsi que par Al-Qaida, les groupes affiliés à l'EIIL (Daech) et d'autres groupes armés illégaux. Ils ont réaffirmé leur soutien au gouvernement et tout particulièrement aux forces nationales de défense et de sécurité afghanes, dans leur tâche visant à sécuriser le pays et dans leur lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent.

Le Conseil a réaffirmé « son soutien à un processus de paix et de réconciliation dirigé et contrôlé par les Afghans en vue de parvenir à une paix et une stabilité durables dans le pays et demande à tous les acteurs nationaux, régionaux et internationaux de coopérer à cet égard ».

Dans un exposé devant les membres du Conseil de sécurité, le Représentant spécial du Secrétaire général pour l'Afghanistan, Tadamichi Yamamoto, s'est félicité mercredi des progrès réalisés ces quinze dernières années mais a noté les nombreux défis auxquels est confronté le pays.

« L'Afghanistan a la possibilité de s'appuyer sur les succès de ces quinze dernières années et de progresser vers la stabilité et l'autonomie. Avec un gouvernement efficace et le soutien continu de la communauté internationale, le pays a toutes les chances de réussir », a dit M. Yamamoto.

Mais il a estimé que « malgré des progrès très réels, l'Afghanistan a encore un long chemin à parcourir pour répondre pleinement aux besoins de sa population ». « Faire de la prochaine Conférence de Bruxelles un succès fournira le temps et l'espace au gouvernement afghan pour progresser vers la stabilité et l'autonomie », a-t-il ajouté.

Selon le Représentant spécial, pour être en mesure de répondre à ces défis, le gouvernement doit pouvoir agir efficacement. « La situation politique précaire actuelle, notamment les tensions entre les deux leaders du gouvernement, doit aboutir à une solution. Une voie doit être trouvée pour assurer la stabilité au sein du gouvernement pour le long terme », a-t-il dit.

Selon lui, il sera également difficile pour l'Afghanistan de devenir autonome tant qu'il y aura un conflit sur son territoire. « Le conflit détourne des ressources qui seraient plus utiles pour le développement de l'Afghanistan et pour aider sa population. La paix est donc une exigence. Il est impératif que des voies pacifiques soient explorées avec sérieux et célérité », a-t-il ajouté.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

En visite en Afghanistan, le chef de l'humanitaire de l'ONU appelle à augmenter l'aide aux déplacés

Le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d'urgence, Stephen O'Brien, a appelé mercredi la communauté internationale à augmenter de toute urgence son soutien à plus d'un million de personnes qui risquent d'être déplacées à l'intérieur et à l'extérieur de l'Afghanistan d'ici la fin de l'année.